« Heureusement que les infirmières ne s'occupent pas des malades comme l'État s'occupe des hôpitaux : on arriverait enrhumé et on repartirait amputé ! » : le plaidoyer drôle et touchant d'Anne Roumanoff au sujet des infirmières

Par
54
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Jeudi dernier, les infirmières se mettaient en grève afin de dénoncer des conditions de travail toujours plus dures, et un secteur du soin public en déliquescence avec notamment des coupes budgétaires, un personnel hospitalier souvent en sous-effectif et des salaires de misère. Cette grève représente un véritable cri de détresse de toute une profession en danger, notamment à la suite de nombreux suicides d’infirmières au cours des derniers mois.

C’est ainsi que, sur les ondes d’Europe 1, Anne Roumanoff a profité de sa nouvelle chronique quotidienne « Ça pique mais c’est bon » pour livrer à son auditoire un véritable billet d’humeur sur la question des conditions de travail des soignant(e)s, saluer leur courage et la qualité de leur travail malgré ces conditions des plus difficiles, mais aussi, tout simplement, leur dire un grand « merci ».

Malgré le ton humoristique et décalé, on sent poindre une émotion certaine lorsqu’elle évoque la lutte quotidienne des infirmiers et des infirmières. Et il faut croire qu’elle a visé juste : sur la page Facebook d’Europe 1, la vidéo a dépassé les 4 millions de vues et a déclenché des vagues de commentaires enthousiastes et de remerciements dans le milieu des soignants !

"Je vous parle de femmes qu'on ne voit pas dans les journaux, qui se lèvent tôt et se couchent tard : les infirmières", […] ces héros du quotidien qui se donnent à fond pour 1.600€ par mois",

@Europe 1 / Facebook


Il n’y a qu’à voir les commentaires de la vidéo sur le post Facebook d’Europe 1 pour s’en convaincre : les infirmières et infirmiers ont été très sensibles à ce vibrant hommage de la comédienne, et c’est par dizaines qu’ils la remercient.

D’autres font part de leur colère, de leur déception voire de leur peur en ce qui concerne le devenir du métier d’infirmier(e). Certains de ces messages en forme d’appel au secours font vraiment mal au cœur : tandis qu’une jeune praticienne tout juste diplômée et à peine entrée dans la vie active, affirme qu’elle en a déjà marre et qu’elle cherche à changer de métier, une autre raconte qu’elle est « un peu en colère » (sic) de travailler de 4h30 du matin à 22 heures du soir pour gagner tout juste un peu plus que le SMIC.

Il est triste de voir aujourd’hui autant de détresse venant d’une profession qui, par excellence, représente le don de soi, le dévouement inconditionnel pour assurer le bien-être de tous ceux qui souffrent.

Il faut finalement bien du courage, de la passion et de la foi en l’humanité pour pratiquer un métier si dur, si épuisant et si ingrat. Tous ceux qui ont, un jour ou l’autre, été obligés de fréquenter les hôpitaux « de l’autre côté » le savent : les infirmiers et les infirmières ne sont, finalement, rien de plus ni de moins que des anges en blouses blanches.

Alors, à celles et ceux qui nous lisent, surtout : ne lâchez rien ! On a besoin de vous.

Ce street artiste réalise d'impressionnantes illusions d'optiques sur les murs
Source : Europe 1
Commentaires