Wonder Woman vient d'être élue ambassadrice pour l'égalité des sexes à l'ONU et ça ne plait pas à tout le monde

Par
31
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Elle est l’inspiration ultime pour nos costumes d’Halloween (et aussi celle de nos grand-mères pour leurs soirées déguisées). Mais saviez-vous que l’Amazone par excellence (couronne sur la tête, lasso à la main, et un capital girl power à en faire pâlir Queen B) Wonder Woman venait tout juste d’être nommée ambassadrice de l’ONU afin de promouvoir l’émancipation de la femme ?
CBS
 
Écrivaines, princesses, mais aussi sportives et actrices (rappelez-vous Emma Watson et son puissant message qui avait frémir les sièges de l’ONU), avaient jusque-là tour à tour promu l’égalité des sexes. Aujourd’hui, c’est donc à Wonder Woman que l’on a remis le 21 octobre dernier au siège international des Nations Unies à New York, le titre d’ “ambassadrice honoraire pour l’émancipation des femmes et des filles” pour une durée d’un an.

Et en effet, créée en 1942 par le psychologue américain William Moulton Martson — années charnières pour l’émancipation des femmes alors que les hommes étaient envoyés sur les fronts de la deuxième guerre mondiale — Wonder Woman, affranchie, libérée, forte était une véritable pionnière en la matière.

Un choix cependant vivement critiqué, d’abord au sein de son propre personnel (une pétition avait été signée par plus de 350 employés de l’ONU afin de mettre à mal le projet) mais notamment par de nombreuses organisations féministes. Pour la porte-parole d’Osez-le-Féminisme, Claire Serre-Combre “Wonder Woman n'est pas une personnalité réelle (...) Ça reste une héroïne fictive avec des pouvoirs magiques, alors qu'il y a des femmes qui agissent au quotidien avec le peu de moyens dont elles disposent. Ça aurait été intéressant de mettre l'une d'elles en valeur."

Lynda Carter, présente lors de la désignation du personnage fictif qu’elle avait été la première à interpréter à la télévision dans les années 70 est montée aux créneaux afin de défendre ce choix : « Ça n'a rien à avoir avec le fait d'être sexy (...), ça parle de force, de courage, et de comment faire le bien »

Et vous, avez-vous choisi votre camp ? Team Wonder-Woman ? Ou pas ?
Wonder Woman ONU Nations Unies
Commentaires