Oscars 2018 : La Forme de l'eau, le discours de Frances McDormand... Voici ce qu'il fallait retenir de la cérémonie !

Par
60
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Chaque année, la cérémonie des Oscars vient récompenser les films qui se sont distingués au cours des derniers mois, dans une ambiance décontractée réunissant le gratin hollywoodien. Généralement, tout est millimétré, et peu de surprises sont à espérer. Hormis peut-être l’année dernière, lorsqu’une « erreur » d’enveloppe avait attribué l’Oscar du meilleur film à La La Land de Damien Chazelle plutôt qu’à Moonlight, une gaffe mémorable désormais entrée au Panthéon des meilleures foirades cérémonielles en direct. Rien de ce genre ne s’est déroulé cette année, avec des Oscars portés sur l’ouverture sociale.

Comment ne pas évoquer le poignant discours de Frances McDormand, l’inoubliable policière déjantée du culte Fargo des frères Coen, déjà oscarisée pour ce film en 1997 ? Récompensée cette année par l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Three Billboards Outside Ebbing, Mo., la comédienne exaltée a fait se lever toutes les femmes de la salle dans un poignant discours à son image, encourageant le développement de plus de projets emmenés par la gent féminine.



Si Guillermo del Toro était récemment accusé par certains de plagiat, y compris par Jean-Pierre Jeunet qui expliquait que l’une des scènes de The Shape of Water ressemblait étrangement à son Delicatessen sorti en 1991, l’homme a néanmoins été récompensé par l’Oscar du meilleur réalisateur, mais également par l’Oscar du meilleur film. The Shape Of Water devient ainsi le premier long-métrage de science-fiction à remporter le prix tant convoité dans le cadre des Oscars. Nommé dans pas moins de treize catégories, il a également remporté l’Oscar des meilleurs décors, et de la meilleure musique, ce qui a été l’occasion pour son compositeur, le Français et très prolifique Alexandre Desplat de siffler avec insouciance et légèreté le morceau composé pour le film, tandis qu’il trinquait à son Oscar, en train d’être gravé à son nom sous ses yeux.



Son film avait fait grand bruit à sa sortie, mêlant horreur et humour noir pour plonger l’ensemble de la population dans la peau d’un personnage afro-américain persécuté par sa belle-famille un tantinet raciste, Jordan Peele est reparti hier avec l’Oscar du meilleur scénariste pour Get Out, excellent divertissement. Ce prix possède une dimension historique pour la communauté afro-américaine, puisque Jordan Peele devient le premier scénariste noir à être enfin primé aux Oscars. Lui-même, qui a exprimé qu’il avait failli ne jamais devenir réalisateur faute d’exemples afro-américains dans ce domaine, a du mal à le croire, comme il l’indique, stupéfait, sur Twitter :

De son côté, Rachel Shenton, actrice et scénariste du court-métrage primé The Silent Child, est montée sur scène en compagnie de son fiancé, réalisateur du film, et a livré un discours en anglais oral, et simultanément en langage de signes britannique. Une très belle initiative destinée à inclure à la cérémonie les malentendants, et à leur signifier qu’ils ne sont pas seuls. Celle-ci résulte de la promesse faite par Rachel Shelton à Maisie Sly, la jeune fille interprétant le rôle principal du film, celui d’une enfant sourde elle qui, âgée de six ans, est réellement sourde. Shelton lui avait promis que si le court-métrage remportait l’Oscar, elle effectuerait son discours dans le langage des signes. Force est de constater qu’elle n’a pas menti, au bonheur de tous !



Le fabuleux Gary Oldman, célèbre auprès du plus grand nombre pour ses rôles de Sirius Black de Harry Potter et de Jim Gordon dans la trilogie The Dark Knight de Christopher Nolan, a pu repartir avec l’Oscar du meilleur acteur pour son étonnante interprétation de Winston Churchill dans The Darkest Hour (l’acteur y est méconnaissable, transformé par une prothèse bluffante, élaboré par une équipe de maquilleurs également primée par l’Académie), après avoir signé un discours dédié à sa mère, âgée de 98 ans. Né à Londres, Oldman s’est ainsi fendu d’un « fais chauffer la bouilloire Maman, parce que je ramène Oscar à la maison ! ». L’histoire ne retiendra pas que Gary a ensuite involontairement cogné sa statuette contre une barrière avant même qu’elle ne soit gravée.

« Je voudrais remercier ma mère. Elle est plus vieille que les Oscars, elle aura bientôt 99 ans »


Emma Stone a de son côté provoqué de vives réactions dans la salle, s’insurgeant implicitement contre la surreprésentation des hommes dans la catégorie « meilleur réalisateur » qu’elle présentait, et dont Guillermo del Toro est sorti vainqueur, avec ces mots :

« Ces quatre hommes, et Greta Gerwig, ont chacun créé leur chef-d’oeuvre ».
Une blague de la brillante actrice qui n’a pas été du goût de tous.


Si Chadwick Boseman, interprète de Black Panther, n’a pas reçu de nomination, il a pu défiler sur le tapis rouge avant l’ouverture de la cérémonie. Boseman a récemment surpris tout le monde en avouant que Denzel Washington avait payé ses cours de comédie à l’université d’Oxford quand il était encore étudiant. Un secret qu’il a longtemps gardé, et sur lequel il ne s’est pas étendu outre mesure devant les journalistes et photographes présents aux Oscars.

N’hésitez pas à vous faire une liste de films à regarder, dérivée de la liste des succès aux Oscars cette année, dont voici quelques lauréats !

Meilleur film : The Shape of Water

Meilleure actrice : Frances McDormand pour Three Bildboards

Meilleur acteur : Gary Oldman pour The Darkest Hour

Meilleur second rôle masculin : Sam Rockwell pour Three Billboards

Meilleur second rôle féminin : Allison Janney, pour I, Tonya

Meilleur réalisateur : Guillermo Del Toro, pour The Shape Of Water

Meilleur scénario original : Get Out

Meilleur scénario adapté : Call Me By Your Name

Meilleur film en langue étrangère : A Fantastic Woman

Meilleure musique de film : Alexandre Desplat, The Shape of Water

Meilleur court métrage de fiction : The Silent Child

Meilleure chanson originale : Remember Me (Coco)




Un papa transforme des draps en véritables tapis de jeux, afin de redonner le sourire aux enfants malades !
Commentaires