The Handmaid's Tale : 10 choses à savoir sur la série

The Handmaid’s Tale est une série originale qui présente un monde totalitaire gouverné par les hommes et où les femmes sont divisées en castes. Cette production surprenante a attiré la curiosité de nombreux téléspectateurs et a beaucoup fait parler d'elle. Pour la découvrir et en apprendre davantage, voici 10 choses à savoir sur The Handmaid’s Tale.

The Handmaid’s Tale, connue sous le nom de La Servante écarlate en français, est une série télévisée adaptée du roman de Margaret Atwood. L’auteure a écrit ce livre à Berlin, en 1984.

À voir aussi

L’histoire se déroule aux États-Unis, qui ont été remplacés par la République de Gilead. À cause des nombreux problèmes environnementaux, la stérilité a fortement augmenté chez les êtres humains. Ainsi, les femmes ont été divisées en castes selon leur fertilité et ont été totalement privées de leurs droits. Les hommes sont au pouvoir et règnent dans un monde patriarcal et totalitaire.

Crédit photo : Hulu

Dans la série, on suit le parcours de June, incarnée par l’actrice Elisabeth Moss, qui a été renommée Defred car elle appartient au commandant Fred Waterford. Encore fertile, cette jeune femme a été séparée de ses proches et a l’obligation de donner un enfant à la nouvelle famille pour qui elle travaille.

La série télévisée a commencé à être diffusée le 26 avril 2017, sur la plateforme de vidéo à la demande Hulu. En France, elle est arrivée le 30 septembre 2018 sur TF1 et a rapidement connu un grand succès. L’intrigue pour le moins étonnante a attiré la curiosité de nombreux téléspectateurs et a rapidement fait parler d’elle. Pour en apprendre davantage sur la série et connaître les secrets de tournage, voici 10 choses à savoir sur The Handmaid’s Tale.

La série est la 10ème adaptation de The Handmaid’s Tale

Ce n’est pas la première fois que le roman de Margaret Atwood connaît une adaptation. En effet, l’histoire de June est très populaire puisqu’elle a inspiré de nombreux artistes.

Dans les années 1980, l’œuvre a été adaptée en film par le dramaturge Harold Pinter. Cependant, cette déclinaison s’est avérée être un échec commercial. En 2000, The Handmaid’s Tale devient un opéra. Dans cette adaptation, on est en 2175 et on suit le récit d'un professeur d’université qui présente la République de Gilead lors d’une conférence. Comme témoignage, il s’appuie sur un journal audio qui appartenait à June.

Le roman a également été interprété en ballet en 2013, chorégraphié par Lila York. L’adaptation très fidèle avait recours à une projection vidéo. Deux ans plus tard, une pièce de théâtre a vu le jour et a repris le texte original de Margaret Atwood. Enfin, The Handmaid’s Tale a aussi été déclinée en programme radio et en bande dessinée.

En 2019, Margaret Atwood a écrit un nouveau roman intitulé The Testaments, qui serait une suite à The Handmaid’s Tale et qui se déroulerait 15 ans après les événements racontés dans la série. Les chaînes MGM TV et Hulu se pencheraient déjà sur une adaptation de cette nouvelle histoire.

L’auteure des romans apparaît dans The Handmaid’s Tale

Crédit photo : Hulu

Pendant le tout premier épisode de la série, un caméo surprenant a été intégré à l’histoire. Margaret Atwood, l’auteure qui a rédigé The Handmaid’s Tale, apparaît dans la série.

Elle incarne l’une des Tantes et gardienne responsable de la rééducation des servantes, qui doit leur laver le cerveau et leur apprendre à vivre dans la République de Gilead. Dans la scène où elle apparaît, Margaret Atwood donne une gifle à June, car la jeune femme a désobéi.

Des références à Margaret Atwood sont présentes dans The Handmaid’s Tale

Hormis le caméo, de nombreux clins d’œil à Margaret Atwood ont été glissés tout au long de la série. Pour commencer, toutes les servantes portent une boucle d’oreille équipée d’une puce et d’un numéro qui permettent de les identifier de les tracer si elles s’échappent. Le numéro d’identification de June est le nombre 1985, date à laquelle le roman de Margaret Atwood a été publié.

Une autre référence à l’auteure du livre est présente dans la série puisque lorsque June et le commandant Waterford jouent au Scrabble ensemble pour la première fois, les deux premières lettres qu’ils retournent sont un M et un A : les initiales de Margaret Atwood.

Les couleurs ont une place importante dans The Handmaid’s Tale

Dans la série, les femmes sont divisées en deux catégories : celles qui sont encore fertiles et celles qui ne le sont pas.

Les femmes qui peuvent encore avoir des enfants deviennent des esclaves sexuelles et ont l’obligation de procréer avec les hommes. Elles sont vêtues d’une grande cape rouge, symbole du sang de l’accouchement. Les femmes qui ne peuvent plus avoir d’enfants sont les épouses et sont mariées avec les hommes. Elles portent des longues robes bleues, une couleur qui représente la pureté.

Crédit photo : Hulu

Les hommes sont quant à eux habillés en noir, symbole de pouvoir.

Le tournage de The Handmaid’s Tale était très physique

Plusieurs actrices qui ont joué dans The Handmaid’s Tale ont confié que certaines scènes du tournage étaient très physiques.

Par exemple, dans la saison 2, plusieurs servantes sont menacées d’être pendues. Pendant cette scène, les actrices étaient montées sur une estrade et avaient littéralement la corde au cou. Ainsi, si un pas était effectué vers l’avant, les femmes risquaient réellement de se pendre. Cependant, pour plus de sécurité, elles portaient toutes un harnais sous leurs robes, et la production leur a assuré que cette scène était totalement sécurisée.

Crédit photo : Hulu

Dans le premier épisode de la saison 2, Tante Lydia oblige les servantes à tenir une pierre à bout de bras, à genoux sous la pluie, pour les punir d’avoir refusé d’obéir. Lors de cette scène, les actrices ont réellement tourné sous la pluie. Pour plus de confort, les pierres étaient en mousse et elles portaient des genouillères. Cependant, les actrices ont dû travailler pendant 8h à 10h, dont 5h à 6h à genoux sous la pluie.

Les scénaristes et réalisatrices de The Handmaid’s Tale sont majoritairement des femmes

Pour écrire la série avec lui, le showrunner Bruce Miller a engagé 5 scénaristes femmes, le dernier scénariste étant un homme. L’équipe de production a continué dans la même lignée puisque 4 réalisateurs sur 5 sont des femmes.

Ce choix a été pris pour que les scénaristes et réalisatrices puissent laisser une empreinte féminine et féministe, ce qui se ressent dans la série.

Les actrices ne sont pas maquillées dans The Handmaid’s Tale

Dans la majorité des séries télévisées, les femmes sont parfaitement maquillées et couvertes de fond de teint, de rouge à lèvre et de mascara. Cependant, dans la République de Gilead, le maquillage est interdit aux femmes. Ainsi, pour respecter cette interdiction, aucune actrice n’est maquillée dans la série. Selon Bruce Miller, le scénariste de The Handmaid’s Tale, l’absence de maquillage accentue certaines expressions faciales.

Crédit photo : Hulu

Seuls les cernes des personnages sont parfois assombris, pour rendre les actrices plus fatiguées. Si aucun maquillage visible n’est appliqué, un fond de teint très léger est cependant présent sur le visage de tous les comédiens, dans un souci de luminosité. En effet, l’absence de maquillage les ferait apparaître très blafards sous la lumière des projecteurs.

Les coiffes portées par les servantes réduisent leur champ de vision

Dans The Handmaid’s Tale, les servantes portent des grandes coiffes blanches. Les ailes de ces accessoires sont conçues pour que les visages des servantes soient cachés au maximum. Lorsqu’elles jouent, les actrices sont privées de leur vision périphérique, comme si elles avaient des œillères. Pour voir sur les côtés, elles sont obligées de tourner la tête.

Crédit photo : Hulu

De plus, ces coiffes entraînent une diminution de l’audition. Ainsi, les actrices ne peuvent pas se voir sauf si elles sont l’une en face de l’autre. Les scènes sont donc jouées uniquement à partir de ce qu’elles entendent. Avec toutes ces contraintes, les actrices sont donc obligées de marcher et de parler d’une façon très particulière.

Le personnage de Moira n’existe pas dans le roman de The Handmaid’s Tale

Dans la série télévisée, Moira est l’amie afro-américaine de June. Ce personnage est incarné par Samira Wiley, également connue pour son rôle dans la série Orange is The New Black. Dans le livre de The Handmaid’s Tale, ce personnage n’existe pas, car tous les Afro-Américains ont été déportés dans le midwest américain.

Crédit photo : Hulu

Cependant, Bruce Miller, le développeur de la série, a souhaité intégrer un personnage noir dans The Handmaid’s Tale, tout en prenant soin d’obtenir l’accord de l’auteure du roman pour cette modification.

Toutes les œuvres d’art des Waterford sont volées

Dans The Handmaid’s Tale, June réside chez un couple nommé les Waterford. Dans la série, on peut voir de nombreuses œuvres d’art qui ornent leur grande maison. Cependant, ces dernières sont des œuvres volées, puisqu’il s’agit de copies de tableaux se trouvant au Musée des Beaux-Arts de Boston.

Ce détail a été révélé pour faire comprendre aux téléspectateurs que le couple, tout comme les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, se serait servi après le coup d’État aux États-Unis. Concernant les décors de la série, le plafond du bureau de Fred Waterford représente la carte de Gilead et son territoire. Un détail qui montre l’étendue du pouvoir du personnage.