Shining, Le Grand Bleu, Full Metal Jacket... 10 films cultes des années 80, à voir et à revoir (Partie 2)

Deuxième volet de notre tout nouveau top en trois parties, consacré aux films cultes des années 80. Installez-vous confortablement dans votre canapé et sortez le pop-corn pour apprécier ce top 10 Part II.

Une fois n’est pas coutume, on vous propose aujourd’hui un petit voyage dans le temps pour remonter quelques années en arrière.

À voir aussi

Nous allons en effet nous replonger dans de vieux souvenirs et vous parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, le temps béni des télés cathodiques, des magnétoscopes et des VHS.

Une époque révolue où les VF n’avaient rien à envier aux VO !

On veut bien sûr parler des années 80 !

Si les plus jeunes (ou les plus vieux d’ailleurs) ont toujours autant de mal à comprendre pourquoi cette décennie a autant marqué plusieurs générations, c’est tout simplement parce qu’ils ne l’ont pas vécue, ni de leur vivant, ni par procuration.

Pour tout ce qu’elles représentent en termes de pop culture et - il faut bien le reconnaître – d’impérialisme culturel venu des Amériques, les années 80 resteront en effet cultes à jamais.

Pour s’en persuader, il suffit de jeter un œil à l’impressionnant répertoire des films réalisés entre 1980 et 1990.

Une liste à faire pâlir n’importe quel réalisateur en panne d’idées !

Il faut dire qu’en l’espace de 10 ans, durant cette folle décennie créative, quelques-uns des films d’aventures et de science-fiction les plus cultes, à commencer par ET ou encore Indiana Jones, ont vu le jour pour le plus grand bonheur des cinéphiles.

Et comme on raffole de tops en tous genres, on ne pouvait pas ne pas en consacrer un aux films qui ont marqué cette époque.

On ne vous cache pas que la tâche n’a pas été simple et à l’image d’un Didier Deschamps, nous avons dû faire des choix, qui ne manqueront certainement pas de faire réagir.

Après mûre réflexion, nous en sommes arrivés à une liste non exhaustive - et sans ordre de préférence - de 30 films à voir et à revoir.

Voici la deuxième partie de ce top ô combien nostalgique !

L’Histoire sans fin (1984)

Si tu es né dans les années 80/90 et que tu n’as jamais vu L’histoire sans fin, tu as certainement vécu dans une grotte, ou alors ta famille n’avait pas de télévision.

Adapté d’un célèbre roman allemand, ce film inoubliable, réalisé par Wolfgang Petersen et sorti en 1984, a en effet bercé toute une génération d’enfants avec son monde imaginaire et féerique baptisé Fantasia, ou encore sa galerie de personnages attachants comme Bastien, Atreyu, Falkor et l’impératrice.

Avec une musique originale signée Giorgio Moroder, devenue culte - un titre interprété par le chanteur Limahl, qui a récemment fait l’objet d’un savoureux clin d’œil dans la série Stranger Things -, ce film Fantasy (qui connaîtra deux suites plus mitigées en 1990 et 1995), fait désormais partie des classiques, que les parents adorent regarder avec leurs enfants.

Shining (1980)

Les films d’horreur ont également connu un petit âge d’or dans les années 80, mais si l’on devait n’en retenir qu’un seul, Shining l’emporterait haut la main.

Réalisé en 1980 par la légende du septième art, Stanley Kubrick, ce classique de l’épouvante - adapté de l’œuvre éponyme écrite par le génie du genre Stéphane King - a fait faire des cauchemars à des millions de cinéphiles, avec son ambiance incroyablement angoissante.

Un film qui nous tient en haleine jusqu’au bout en partie grâce à la maestria de son acteur principal, Jack Nicholson.

Horriblement génial en écrivain alcoolique basculant dans la folie meurtrière, ce dernier signe là l’une de ses performances les plus marquantes au cinéma.

Blade Runner (1982)

Chef-d’œuvre de la science-fiction, Blade Runner est l’un des monuments du cinéma des années 80.

Sorti en 1982, ce film réalisé par Ridley Scott aura en effet marqué la décennie de son empreinte, par son ambiance et son style visuel caractéristique, qui a depuis inspiré d’autres long-métrages du genre, comme l'animé Ghost in the Shell (1995), Le Cinquième Élément (1997), Matrix (1999), ou encore Minority Report (2002).

Librement inspiré d’un roman à succès de Philip K. Dick, Blade Runner met en vedette l’acteur Harrison Ford qui incarne l’inspecteur Rick Deckard, un ancien flic reprenant du service pour traquer un groupe de répliquants (des androïdes façonnés à l’image de l’homme) dont le chef est Roy Batty (Rutger Hauer).

Boudé par la critique à sa sortie, Blade Runner est peu à peu devenu une référence du genre, au point d’être érigé au rang de film culte avec le temps.

Une suite, en forme d’hommage au style visuel de la première version, a vu le jour en 2019 avec Ryan Gosling et Harrison Ford, qui reprenait là son rôle de Rick Deckard, 37 ans après.

The Abyss (1989)

Bien avant Titanic (1997), James Cameron avait déjà exploré les fonds marins au cinéma, en réalisant le méconnu mais très réussi The Abyss.

Sorti en 1989, ce suffoquant huis clos de science-fiction nous plonge à plusieurs centaines de mètres sous la mer des Caraïbes, à bord d’une plateforme pétrolière sous-marine, baptisée Deepcore.

Après le naufrage d’un sous-marin américain, victime d’une collision avec un mystérieux objet non identifié, les ouvriers de la plateforme, emmenés par Virgil « Bud » Brigman (Ed Harris), voient débarquer une équipe de commando SEAL venu enquêter sur l’accident.

Au fur et à mesure, le comportement étrange d’un des soldats et l’apparition de phénomènes surnaturels suscitent l’inquiétude de tous.

Échec commercial, le film - qui met également en vedette Mary Elisabeth Mastrantonio (Scarface, Robin des Bois, princes des voleurs) et Michael Biehn (Terminator) - a pourtant marqué son époque en raison notamment de ses effets spéciaux novateurs, récompensés par l’Oscar des meilleurs effets visuels en 1989.

Brazil (1985)

Encore un exemple de long-métrage boudé par le public à sa sortie mais devenu culte par la suite !

Réalisé par le génial Terry Gilliam - membre de la joyeuse troupe des Monty Pythons -, Brazil est une œuvre dystopique aux multiples références, à commencer par 1984 de Georges Orwell.

Ce film culte demeure l’un des longs-métrages les plus marquants des années 80, avec un style visuel caractéristique, qui deviendra la patte du réalisateur britannique.

L’histoire raconte l’aventure improbable de Sam Lowry (Jonathan Pryce), un insignifiant employé de bureau, qui travaille pour le ministère de l’information d’une société bureaucratique et totalitaire.

Rêveur et solitaire, ce dernier va se retrouver du jour au lendemain mêlé à une affaire qui le dépasse, après avoir traité un dossier d’erreur administrative ayant entraîné l’arrestation abusive d’un innocent.

Pour la petite histoire, il faut savoir que certaines scènes du film ont été tournées en France aux Espaces d’Abraxas, célèbre ensemble de logements situé à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), connu pour son style post-moderne que l’on doit à l’architecte Ricardo Bofill.

Aliens, le retour (1986)

Si le premier opus de la saga Aliens est bel est bien sorti en 1979, le deuxième volet - sobrement intitulé Aliens, le retour - date bien des années 80 et reste, à ce jour, considéré par de nombreux observateurs comme le meilleur des six films de la franchise.

Co-écrit et réalisé par James Cameron, il met une nouvelle fois en vedette Sigourney Weaver qui reprend son rôle d’Ellen Ripley.

L’intrigue suit les nouvelles aventures de cette dernière qui, après 57 ans de dérive dans l’espace, a été secourue puis intégrée à un équipage de Marines, dont la mission est de se rendre sur une colonie spatiale, où l’on suspecte la présence d’un Alien.

Sorti en 1986, ce film devenu culte a connu un immense succès commercial et critique (bien supérieur au précédent opus), ce qui a contribué à en faire un classique du genre.

Full Metal Jacket (1987)

Classique du drame de guerre, Full Metal Jacket - qui fait référence à un type de munition blindée - est un film coup de poing, résolument antimilitariste et l’un des longs-métrages les plus aboutis du réalisateur Stanley Kubrick.

Sorti en 1987, il suit le parcours de jeunes engagés volontaire durant leur formation au sein du très exigeant corps des Marines américain, dans le contexte de la guerre du Vietnam.

Le spectateur découvre ainsi l’envers du décor à travers le regard de l’un d’eux, J.T. Davis « Joker » (« Guignol » en VF), interprété par Matthew Modine.

Les longs mois de conditionnement que les recrues passent au camp d’entraînement sont marqués par la dureté des exercices, mais aussi et surtout les humiliations quotidiennes du sergent instructeur Hartmann (R. Lee Ermey), qui en fait baver à ses apprentis soldat, notamment Leonard Lawrence (Vincent d’Onofrio), dit « Gomer Pyle » (« Grosse baleine » en VF), qui devient le souffre-douleur de la troupe.

Pour l’anecdote, il faut savoir que l’acteur R. Lee Ermey - décédé en 2018 - avait vraiment exercé en tant qu’instructeur pour les Marines dans les années 60, ce qui explique sûrement la justesse de son jeu.

Citrique acerbe du conditionnement militaire et des ravages psychologiques qui en découlent, Full Metal Jacket reste encore un film choc qui a marqué les esprits.

Le Nom de la rose (1986)

Réalisé par Jean-Jacques Annaud et sorti en 1986, Le nom de la Rose, adapté du roman éponyme de l’écrivain Umberto Eco, nous transporte au Moyen-Âge, à l’époque de l’Inquisition, nous plongeant dans l’univers sordide d’un monastère bénédictin du nord de l’Italie, où des moines meurent dans des conditions mystérieuses.

Le moine franciscain Guillaume de Baskerville (Sean Connery), accompagné de son jeune disciple Adso de Melk (le narrateur), interprété par Christian Slater, se rend alors sur place pour mener l’enquête.

Récompensé par l’Oscar du meilleur film étranger, le film questionne habilement le pouvoir, politique et spirituel de l’Église.

Terminator (1984)

Sorti en 1984, Terminator, réalisé par James Cameron (encore lui) est sans conteste l’un des films qui incarnent le plus ces années 80.

Le film relate la traque de Sarah Connor (Linda Hamilton) par un Terminator (Arnold Scwharzenegger), un tueur cybernétique aux traits humains.

Ce dernier, envoyé dans le passé par l’entité Skynet, qui livre une guerre sans merci contre les derniers humains en 2029, a pour mission de tuer la jeune femme pour éviter qu’elle ne donne naissance au futur chef de la résistance, John Connor.

Film culte à succès, Terminator connaîtra une suite très réussie en 1991 (Terminator 2 : Le Jugement dernier) puis trois autres volets plus quelconques en 2003, 2009 et 2015.

Le Grand Bleu (1988)

Ode inoubliable aux profondeurs marines, Le Grand Bleu est le film le plus connu du réalisateur Luc Besson !

Sorti en 1988, il raconte, de manière romancée, les destins mêlés des plongeurs apnéistes Jacques Mayol (Jean-Marc Barr) et Enzo Maiorca (Molinari dans le film), incarné par Jean Reno.

Après s'être côtoyés durant leur enfance en Grèce avant de se perdre de vue, les deux rivaux se retrouvent vingt ans plus tard à Taormine en Sicile, pour le championnat du monde d'apnée No Limit.

Servi par les magnifiques paysages siciliens mais aussi par une bande originale mythique, signée Éric Serra, ce film a marqué toute une génération.