Avant de mourir, ce crocodile préhistorique a englouti un petit... dinosaure

Bouton whatsapp

Des chercheurs ont retrouvé les restes d’un petit dinosaure dans l’estomac fossilisé d’un crocodile préhistorique, dont l’espèce est à ce jour inconnue.

Les ossements d’un crocodile, qui vivait à l’époque du Crétacé (De -145 à -65,5 millions d’années) ont été découverts en Australie, sur un terrain d’élevage du Queensland, à l’ouest du pays

À voir aussi

Chose incroyable, son estomac fossilisé contenait encore les restes d’un petit… dinosaure, qui a donc fait office de dernier repas pour le reptile mort peu de temps après.

Une découverte fascinante qui a bien failli ne jamais être faite !

En effet, la roche dans laquelle se trouvaient les fossiles des deux animaux avait été endommagée lors d’une première fouille, ruinant ainsi les espoirs des paléontologues de reconstituer la totalité de la carcasse.

Après avoir finalement récupéré une partie seulement des ossements, les scientifiques ont entrepris de les étudier et ce qu’ils ont découvert les a stupéfiés.

Crédit photo : Gondwana Research

Le dernier repas de ce crocodile du Crétacé était un petit... dinosaure

En analysant les restes, ils ont découvert, non pas un, mais deux animaux bien distincts. Une partie des ossements appartenait ainsi à un crocodile mesurant 2,5 m de long et appartenant à une espèce encore inconnue, que l’on a appelée Confractosuchus sauroktonos (tueur de dinosaure brisé). L’autre partie correspondait, elle, à un petit dinosaure.

« Dans les scanners initiaux réalisés en 2015, j’avais repéré un os enfoui là-dedans qui ressemblait à un os de poulet avec un crochet et j’ai tout de suite pensé que c’était un dinosaure », explique ainsi le Dr Joseph Bevitt (Australian Nuclear Science and Technology Organisation), l’un des co-auteurs de l’étude sur cette découverte, publiée dans la revue Gondwana Research.

Perspicace ce dernier avait donc vu juste puisque des examens plus poussés, menés à l’aide de techniques d’imagerie avancées, ont mis en évidence les restes d’un spécimen d’ornithopode - un groupe d’herbivores bipèdes – qui a donc servi d’ultime repas au crocodile.

Crédit photo : Gondwana Research

Les chercheurs ont constaté que ses restes partiellement digérés présentaient encore une articulation, ce qui signifie que le reptile a tué directement sa proie ou qu’il l’a engloutie peu de temps après l’avoir fait.

« Si Confractosuchus n’était sans doute pas spécialisé dans la prédation de dinosaures, il n’ignorait pas un repas facile, comme les restes de ce jeune ornithopode trouvés dans son estomac », précise le Dr Matt White, qui a participé aux recherches.

Les fossiles étaient si étroitement imbriqués qu’il aura fallu un scanner spécial pour créer des modèles 3D de chaque os. Une technique qui a permis de déterminer que le dinosaure avait bien été le dernier repas du crocodile.

Les paléontologues pensent que le reptile a pu être surpris par une inondation rapide, peu de temps après avoir dévoré sa proie, trouvant la mort subitement.

Bouton whatsapp