Des scientifiques découvrent 11 sites historiques cachés sous la forêt amazonienne grâce à des lasers

649partages
Bouton whatsapp

Une équipe de scientifiques a récemment fait de grandes découvertes en survolant l’Amazonie avec une technologie de laser embarquée dans des hélicoptères. Et ces dernières pourraient bien changer notre vision de la célèbre région.

Crédit : DEZALB

À voir aussi

La forêt amazonienne est une forêt dense, unique et vaste qui s'étend sur plus de 3 millions de kilomètres carrés. Essentielle sur le plan écologique pour notre Terre, elle est aussi un joyau de l'histoire humaine. Des ruines d'établissements humains sont cachées sous la végétation dense, mais heureusement, la technologie laser moderne permet d'atteindre le sol de la forêt et de rechercher des preuves de la civilisation passée.

Une étude récente parue dans Nature annonce que 11 nouveaux établissements historiques ont été découverts dans les Llanos de Mojos, une région de l'Amazonie appartenant à la Bolivie. Ces sites sont particulièrement sophistiqués, et comprennent notamment leur propre architecture cérémonielle et des infrastructures complexes de gestion de l'eau composées de canaux et de réservoirs. On y trouve également des plates-formes et des pyramides en forme de cône mesurant jusqu'à 22 mètres de haut.

Les chercheurs ont découvert ces constructions ancestrales à l'aide du LIDAR, une technologie laser qui permet de balayer de grandes surfaces et de voir à travers la végétation pour analyser ce qui se trouve en dessous. En utilisant cette technologie à bord d'hélicoptères, l'équipe a couvert une zone d’environ 4500 kilomètres carrés. Dans ce périmètre, ils ont documenté 24 sites plus petits, dont 11 étaient inconnus auparavant. Ils ont également scanné Cotoca et Landívar, deux sites plus importants de la région.

Crédit : H. Prumers/Dai

Crédit : Figure 2/Prumers

Crédit : Figure 1/Prumers

L’Amazonie, une région autrefois très peuplée ?

« Nos résultats réfutent les arguments selon lesquels l'Amazonie occidentale était peu peuplée à l'époque préhispanique » écrivent les auteurs de l'étude. L'ensemble de ces sites soutient une théorie évolutive de l'Amazonie qui met en évidence le réseau interconnecté de zones à forte concentration démographique, voire de villes, qui semblent avoir existé malgré la forêt dense.

Leur étude indique que ces établissements datent d'environ 500 à 1400 de notre ère, époque à laquelle cette partie de l'Amazonie bolivienne abritait la culture Casarabe. Les bâtisseurs casarabes de ces cités y ont construit des douves défensives, des canaux pour transporter l'eau et des bâtiments en terre à grande échelle. La préservation de cette histoire est également devenue un élément important de la course à l'arrêt de la déforestation de l'Amazonie, qui abrite de véritables trésors.

Source : IFL Science
Bouton whatsapp