Le plus vieux vin au monde découvert dans une tombe romaine, en Espagne

Une trouvaille stupéfiante a été réalisée dans un tombeau romain. Précisions.

C'est une découverte aussi rare qu'improbable.

Des scientifiques ont découvert un vin datant de plus de 2 000 ans en effectuant des fouilles dans une tombe romaine, située en Espagne.

Il s'agirait du vin - conservé sous sa forme liquide - le plus vieux du monde, selon les chercheurs qui ont consigné leurs travaux dans une récente étude, publiée par la revue intitulée Journal of archaeological science : Reports.

Image d'illustration. Crédit photo : iStock

Vieux de 2 000 ans, le plus vieux vin au monde a été découvert par hasard

Cette découverte est d'autant plus incroyable qu'elle est le fruit du hasard.

Tout commence en 2019 lorsqu'une famille de Carmona, commune d'Andalousie, découvre une tombe romaine dissimulée dans les murs de sa maison, en effectuant des travaux. La sépulture antique renferme alors huit niches funéraires, dont six contiennent des urnes.

« Il s'agit d'un tombeau englouti qui a été creusé dans la roche, ce qui lui a permis de rester debout pendant 2 000 ans », a ainsi détaillé José Rafael Ruiz Arrebola (chimiste à l'Université de Cordoue), interrogé par le Guardian. Selon lui, cette tombe était « incroyablement inhabituelle », car elle était intacte et n'avait jamais été pillée.

Crédit photo : Journal of Archaeological Science: Reports

« Les Romains étaient fiers, même morts, et avaient l'habitude de construire des monuments funéraires, tels que des tours, au-dessus de leurs tombes pour que les gens puissent les voir. Ils voulaient rester dans la mémoire des gens », a-t-il précisé.

Questionné sur la famille à l'origine de la découverte, le scientifique a par ailleurs salué « le civisme des propriétaires de la maison qui ont immédiatement appelé les services archéologiques de la ville ».

Lorsqu'ils ont fouillé la tombe, les scientifiques ont découvert - outre des ossements humains et un anneau en or - une urne remplie de plusieurs litres d'un liquide rougeâtre qu'ils n'ont pas réussi à identifier tout de suite. Ce n'est qu'après avoir réalisé une analyse des biomarqueurs de la substance que les chercheurs ont compris qu'il s'agissait d'un vin aux molécules similaires à celles que l'on trouve aujourd'hui dans les vins andalous.

Après avoir analysé le breuvage de manière plus approfondie, en étudiant notamment ses pigments, il a été établi qu'il s'agissait d'un vin blanc.

« Cela a été spectaculaire pour nous, car nous sommes tous passionnés par le monde de la chimie archéologique » a déclaré José Rafael Ruiz Arrebola.

Et l'intéressé de conclure : « Ce n’est pas tous les jours qu’on découvre le plus vieux vin du monde ».


VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Mathieu D'Hondt

Évoluant dans la presse web depuis l’époque où celle-ci n’en était encore qu’à ses balbutiements, Mathieu est un journaliste autodidacte et l’un de nos principaux rédacteurs. Naviguant entre les news généralistes et les contenus plus décalés, sa plume s’efforce d’innover dans la forme sans jamais sacrifier le fond. Au-delà de l’actualité, son travail s’intéresse autant à l’histoire qu’aux questions environnementales et témoigne d’une certaine sensibilité à la cause animale.