Vétérinaire, elle dévoile les 5 races de chiens qu'elle n'adoptera jamais et explique pourquoi

Une vétérinaire a récemment révélé quels étaient les chiens les plus vulnérables qu'il ne faudrait pas adopter, selon elle.

Vous l’ignorez peut-être mais certaines races de chiens sont sujettes à des soucis de santé héréditaires.

Des pathologies qui sont directement liées aux brassages et autres croisements ayant permis la création de ces races, souvent considérées aujourd’hui comme populaires.

Ces derniers temps, de plus en plus de voix se sont élevées pour dénoncer le calvaire que peuvent vivre certains chiens.

C’est notamment le cas d’une certaine Rachel Siu !

Dans une vidéo postée il y a peu sur son compte TikTok, cette vétérinaire dresse ainsi la liste des races qu’elle n’adoptera jamais en raison de leur santé défaillante.

Crédit photo : Istock

Voici les races qu’il ne faudrait pas adopter à cause de leur santé, selon une vétérinaire

Rachel Siu évoque d’abord les boxers, très populaires mais aussi très diminués par nature.

« Bien qu'ils soient des chiens très joueurs, ils ont beaucoup de problèmes de santé », explique ainsi la vétérinaire qui précise que les boxers souffrent généralement de maladies intestinales, de problèmes de moelle épinière ou encore de problèmes cardiaques.

« Ils sont également très sujets au cancer, notamment les tumeurs à cellules mastocytaires, le lymphome et l’hémangiosarcome » poursuit Rachel Siu.

Cette dernière évoque ensuite le cas des Shar-Peï, une race « pouvant être distante et même agressive », selon elle.

Rachel Siu explique par ailleurs que ces chiens, que l’on trouve « mignons » habituellement, peuvent souffrir d’infections cutanées en raison de leur « peau lâche » si caractéristique.

De plus, les Shar-Peï ont très souvent « la peau de la paupière (qui) se replie sur elle-même », ce qui « provoque des ulcères douloureux ».

« On estime qu'un Shar Pei sur cinq développera une hyperthyroïdie » et « ils souffrent d'une maladie qui porte leur nom, la fièvre du Shar-Peï, qui entraîne des gonflements articulaires, de la fièvre et même (…) une insuffisance rénale », précise encore la vétérinaire.

Crédit photo : Istock

Le Cavalier King Charles fait aussi partie de ces chiens souffrant de problèmes de santé rédhibitoires, selon Rachel Siu.

« Ils sont 20 fois plus susceptibles que le chien moyen de développer une maladie cardiaque appelée valvulopathie mitrale. Elle touche 50 % de ces chiens dès l'âge de cinq ans et presque 100 % à l'âge de dix ans (…) De plus, une étude récente a montré que 70 % d'entre eux développent une affection neurologique due à une malformation douloureuse du crâne », déplore ainsi la spécialiste.

« Malheureusement, j'ai vu des chiens de cette race mourir très jeunes à cause de leurs problèmes de santé », confie-t-elle, précisant que les races dites brachycéphales, ou celles avec des « faces écrasées » , souffrent de problèmes de santé toute leur vie.

Viennent suite les carlins qui sont hélas réputés pour avoir une « une faible tolérance à l’exercice ». Une faiblesse qui peut conduire à des accidents dramatiques, car certains de ces chiens peuvent mourir « d'insolation durant l’été », selon Rachel Siu.

« Le fait d'avoir une face écrasée entraîne également des infections cutanées entre les plis, des maladies dentaires et rend leurs yeux plus susceptibles de sortir de l’orbite », poursuit la vétérinaire.

Enfin, Rachel Siu évoque la santé du Saint-Bernard, qui peut être défaillante en raison de ses glandes salivaires hyperactives.

Et de conclure : « En tant que vétérinaire qui défend la santé et le bien-être des animaux, je ne peux pas soutenir l'élevage de ces chiens caractéristiques qui conduisent à ces problèmes simplement parce qu'ils sont considérés comme mignons ».


VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Céline Gautier

Journaliste