Après avoir failli mourir de sous-alimentation, une ex-anorexique raconte son histoire et poste des photos inspirantes pour aider les femmes à mieux s'accepter

Par
5 926
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Une ex-anorexique, qui est passée au bord de la mort après que son poids soit tombé en dessous de 30 kg, a décidé de partager sur internet des photos ses bourrelets et de sa cellulite pour inspirer les autres femmes à aimer leurs corps.

 

Megan Jayne a décidé de bannir à tout jamais les échelles de taille de sa vie, et de promouvoir l’idée d’une beauté alternative sur Instagram.

   

@Mercury Press via Daily Mail

@Mercury Press via Daily Mail

@Mercury Press via Daily Mail
La jeune femme de 22 ans a longtemps souffert d’une image négative de son propre corps et de forts complexes, depuis sa plus tendre enfance, plus précisément son entrée à l’école à l’âge de 5 ans. Ces complexes l’ont conduite à s’affamer et à devenir anorexique.


À l’âge de 14 ans, les médecins lui diagnostiquent une anorexie mentale, un trouble psychique lié à une perception exagérée de l’image de son propre corps
(et/ou des pulsions autodestructrices), qui conduit le patient à se sous-alimenter. Il s’agit d’un type particulier d’anorexie, mais certaines personnes peuvent devenir anorexiques pour des causes purement physiques (maladie, trouble du métabolisme…)

 

Lorsque son état s’est détérioré, après avoir été conduite en soins psychiatriques, elle a été hospitalisée. Les docteurs ne lui donnaient que quelques semaines à vivre tout au plus, et elle a dû être alimentée par des tubes et des perfusions.

 

Après 5 ans de souffrance et de lutte acharnée, après avoir accompli un véritable travail de Sisyphe et affronté des hauts et des bas en série, la jeune femme a finalement appris à aimer son propre corps, et a commencé à poster des photos d’elle ou elle assume pleinement ses formes.

 

Pour elle, c’est une façon de sauver des vies : l’anorexie est un fléau qui peut avoir des conséquences gravissimes, et dont on ne parle probablement pas autant qu’il le faudrait. Megan voit son rétablissement comme un signe, et elle veut faire de ce combat sa mission : inspirer les femmes à avoir confiance en leurs corps, afin qu’elles ne mettent pas leurs vies en danger.

 

 

@Mercury Press via Daily Mail
À gauche, Megan Jayne, lorsqu’elle combattait sa maladie. À droite, c’est une photo d’elle après avoir repris goût à la vie et réussi à assumer pleinement son corps.

Elle partage désormais des photos d’elle en bikini afin d’inspirer celles (et ceux) qui traversent ou qui ont traversé les mêmes épreuves qu’elle.

 

 

@Mercury Press via Daily Mail

 

 

 

@Mercury Press via Daily Mail 

@Mercury Press via Daily Mail

 

@Mercury Press via Daily Mail

@Mercury Press via Daily Mail
Megan souffre de l’image de son propre corps depuis son plus jeune âge.


Alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, elle était terrifiée  à l’idée que les gens puissent voir un pli au niveau de son ventre quand elle s’asseyait, et se comparait constamment de manière compulsive avec les autres filles de sa classe.

 

À partir de ce complexe, une spirale infernale s’est enclenchée. La peur d’être mal regardée par d’autres s’est développée à des dimensions extrêmes, pour faire place à de sérieux problèmes de santé. Elle n’était jamais assez fine, assez mince à son goût. « Je suis devenue une coquille vide, et je continuais à m’obséder sur le fait que mon ventre puisse être visible sous mon pyjama d’hôpital », témoigne-t-elle.

 

Aujourd'hui, Megan Jayne ne se pèse plus, elle ne regarde plus son tour de taille, et estime être enfin « tombée amoureuse » de son propre corps.

Ce chien aveugle ne peut plus se passer de sa meilleure amie, chienne guide, et c'est trop touchant !
Source : Dailymail
Commentaires