Voici les 10 étapes par lesquelles votre corps passe quand vous arrêtez la cigarette : alors, vous arrêtez quand ?

Par
206
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

On connaît tous la dangerosité et la nocivité de la cigarette sur le corps. Mais sait-on vraiment à quelle vitesse ce dernier peut se reconstruire à partir du moment où la personne arrête de fumer ? Voici la réponse étonnante, en 10 étapes bluffantes… pour vous aider à arrêter de fumer :

@spiritscienceandmetaphysics

1. 20minutes plus tard

Une vingtaine de minutes seulement après la dernière cigarette suffit à votre corps pour montrer les premiers signes positifs de l’arrêt du tabac. La tension artérielle baisse, au même titre que le pouls qui ralentit. La température des pieds et des mains augmente quant à eux pour atteindre un niveau dit « normal ».


2. 8 heures plus tard

Huit heures après la dernière cigarette, plusieurs études démontrent que la quantité nicotine et de monoxyde de carbone présent dans le sang diminue de 50%. Conséquence directe de cette baisse : l’oxygénation des cellules redevient normale.


3. 24 heures plus tard

Un jour après votre dernière cigarette, le monoxyde de carbone présent dans votre corps a totalement disparu, l’organisme a fait son travail de purification. Dans le même but, les poumons commencent à rejeter des résidus de fumée.


4. 48 heures plus tard

Deux jours après la dernière cigarette, la nicotine a été complètement expulsée de votre organisme. Là encore, avec de belles conséquences pour le corps : les terminaisons nerveuses commencent à se régénérer, l’odorat et le goût s’améliorent.


5. 72 heures plus tard

Trois jours après votre dernière cigarette, les bronches se relâchent de manière très significative. Résultat, la respiration est facilitée et la capacité pulmonaire s’accroît. De façon générale, on se sent plus énergique.


6. 2 semaines à 3 mois plus tard

Entre deux semaines et 3 mois après la dernière cigarette, la circulation sanguine s’améliore nettement. Les poumons peuvent récupérer jusqu’à 30% de leurs capacités pulmonaires, ce qui se traduit par le fait de marcher plus facilement, et de s’essouffler moins rapidement. Pour une femme enceinte, le risque pour l’enfant est comparable à celui d’une femme qui n’a jamais fumé, si -et seulement si- elle a arrêté de fumer avant ou pendant les trois premiers mois de sa grossesse.


7. 1 à 9 mois plus tard

Entre un et neuf mois après votre dernière cigarette, la toux, la congestion nasale ainsi que la fatigue diminuent très clairement. À l’intérieur de votre corps, les cils vibratiles présents dans les poumons repoussent et la capacité de l’organisme à combattre l’infection grandit. Les premières conséquences visibles sont : la voix qui devient plus claire et le corps qui reprend des forces.


8. 1 an plus tard

Un an après la dernière cigarette, le risque de maladies cardiovasculaires est réduit de moitié. Plus précisément, le risque d’infarctus du myocarde diminue de 50% et celui d’accident vasculaire cérébral est le même que pour un non-fumeur. Au-delà de la première année sans fumer, pour la femme, le risque de contracter un cancer du col de l'utérus devient comparable à celui d'une personne n'ayant jamais fumé.


9. 5 ans plus tard

Cinq ans après votre dernière cigarette, le risque de cancers de la bouche, de la gorge et de l'œsophage diminue de moitié. Le risque baisse presque autant concernant le cancer des poumons.


10. 10 à 15 ans plus tard

Entre 10 et 15 ans après la dernière cigarette, les cellules pré-cancéreuses sont remplacées par des cellules saines et le risque d’accidents coronariens est le même que pour une personne qui ne fume pas. Ainsi, le taux de mortalité attribuable au cancer du poumon est semblable à celui d'un non-fumeur. Au final, l’espérance de vie des hommes ou des femmes concerné(e)s redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.


Ces étapes sont la preuve que malgré le tort énorme que cause la cigarette à notre organisme, avec le temps, ce dernier est suffisamment fort pour s’en relever. Raison de plus pour arrêter au plus vite, et sans se poser de question.
Alors qu'il transportait des blindés de l'armée, ce conducteur a abandonné son train, estimant avoir terminé sa journée
Commentaires