10 trucs que les anciens gros aimeraient arrêter de vivre au quotidien

Par
3 192
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

En tant qu’ancien gros, je reviens de loin. Et j’en suis conscient. Je peux même être fier de mes résultats, suite à des années de sport et de surveillance alimentaire.

Mais s’il y a bien une chose qui me chagrine, c’est l'« après ». Et je pense ne pas être le seul à vivre ces différents faits au quotidien. Parce qu’en tant qu’ancien gros, vous vivez toujours, au moins une fois, l’une des 9 situations citées ci-dessous :


 

Quand on te dit : Ah bon ? Tu faisais vraiment XXX kg de plus ? Mais non, on ne te croit pas ! On veut voir des photos !

Et si, j’ai VRAIMENT fait XXX kg de plus. Et non, tu ne me verras pas en photo car à l’époque, je ne prenais pas forcément plaisir à me prendre en selfie !

 

Quand tu dois changer tes fringues, 3 tailles en dessous…

Ca devait être ton moment de délivrance. En partie, oui. C’est surtout le gros moment de délivrance de ton compte en banque. Déjà qu’il n’y avait pas grand chose dessus…

 

Quand on te dit : « Mais arrête de maigrir voyons, on va croire que tu es malade ! »

Mais arrêtez de me dire ça ! Vous m’avez juste connu avec 10 kg de trop dans chaque joue. Et ÇA, ce n’était pas normal ! Habituez-vous maintenant.

 

Quand on te dit au resto, que maintenant, tu peux tout te permettre en bouffe : « Allez, vas-y, ce n’est qu’une forêt noire comme dessert, c’est rien… »

Ben non, ducon ! Je ne me suis pas crevé le cul à tout perdre pour tout reprendre après !

 

Quand les gens s’amusent à comparer ton poids, perdu en poids humain : « T’as perdu 30 kg ? L’équivalent d’un enfant de 3 ans quoi ! LOL »

Non, pas LOL. Maintenant, je me vois avec un môme accroché dans le dos. Génial.




Quand on n’arrête pas de te demander pourquoi t’as pris du poids avant

« Euh, je ne sais pas. Ca a dû venir tout seul, sans que je m’en rende compte ». Ben non ! Je bouffais surtout de la merde et je ne me bougeais pas le cul, surtout.

 

Quand les gens croient que t’as des conseils nutrition/sport à donner à tout bout de champ. Surtout venant de la part de personnes déjà très minces…

Non, je ne suis pas devenu Véronique & Davina. Et non, te fous pas de ma gueule, t’as pas besoin de perdre du poids, TOI.

 

Quand les gens accusent l’arrêt de la clope…

Oui, j’avais arrêté. Puis, j’ai repris. Et j’ai continué à grossir. Et là, j’ai arrêté. Et je continue à perdre du poids. Arrêtez de blâmer la clope ! Ne la remplacez pas par la bouffe, c’est tout.

 

Quand on te dit : « Ah ouais, t’es mignon. Maintenant »

Merci. Merci surtout pour le « maintenant ». Je like. Marche aussi, avec « en fait », à la place de « maintenant ». Plus cruel, certes, mais ça marche aussi.



Quand les gens que tu considérais comme « beaux » daignent ENFIN te regarder, maintenant.

C’est tentant… Mais en fait, non. Tu peux aller voir ailleurs si j’y suis. C’est moi qui choisis désormais.

 

 

Et vous ? Vivez-vous d’autres situations de ce type ? Partagez avec nous vos expériences ! 

VIDEO : Âgée de 89 ans, elle tricote plus de 400 couvertures et les offre à des chiens de refuge
Commentaires