Les visites chez le gynécologue ça laisse toujours place à des situations insolites ! Voici 8 pensées qui traversent l'esprit des filles dans ces moments là...

Par
3 794
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Le passage chez le gynéco: on connaît toutes ça... Mais on ne va pas se leurrer, c'est loin d'être une partie de plaisir.

Pourtant, c'est un passage obligé. Alors, on s'y rend. Enfin... on s'y traîne surtout ! Si parfois la consultation peut être courte, dans notre tête à nous les filles, c'est un long moment de supplice... Non pas que notre médecin ne soit pas assez délicat avec nous, mais on aura beau s'entendre à merveille avec lui, devoir mettre ses pieds sur les étriers n'est franchement pas la situation la plus agréable qu'une femme puisse connaître. 

A vrai dire, beaucoup de choses nous passent par la tête pendant notre visite chez le gynéco :

1. « Peut-on sauter l'étape de la balance ? »
C'est l'affrontement le plus dur et inévitable qu'il nous ait donné de faire quand on effectue une visite chez le gynéco. Sachez-le, elle nous fait peur cette foutue balance. On n'a pas très envie de voir en face le résultat de trois pizza ingurgitées et deux hamburgers-frittes dans le mois. Ce qui serait bien, c'est qu'on puisse faire une estimation à l’œil de notre poids en fait, comme ceci ça reste approximatif et c'est réglé. Mais devoir monter sur la balance... Non merci. A peine est on dessus qu'on a l'impression de l'entendre nous faire la morale sur les quelques pâtes à tartiner en trop qu'on mange au petit déjeuner tous les matins.

2. « Puis-je avoir un porte manteau pour y mettre ma culotte et mon pantalon ? »
Ce n'est pas trop demander tout de même. Ça peut paraître simplet : on n'y pense peut être pas assez, mais ce serait vraiment le top si avant la consultation on pouvait mettre notre culotte et notre pantalon sur un porte manteau ou du moins autre part que sur une chaise où une trentaine de femmes ont délicatement posé leur fessier nu avant nous.

3. « Non, je ne me rappelle pas de la dernière fois que j'ai eu mes règles »
A chaque fois c'est pareil, on nous demande à quelle date on a eu nos dernières règles. Sachez qu'on a déjà du mal à se rappeler de ce qu'on a mangé la veille donc c'est assez difficile de se rappeler de la date où on a vécu ce moment si pénible qu'est les règles... Et qu'on préfère franchement l'oublier. Du coup, à chaque consultation on donne une date approximative... En espérant qu'on ne soit pas trop trompées dans les dates. En fait, en sortant de chez le gynécologue, on commence à douter à nouveau : « C'était vraiment vers le 15 février qu'elles se sont arrêtées ? »

4. « Peut-on baisser cette lumière aveuglante ? »
Si le gynécologue a les yeux rivés sur notre entrejambe, nous, nos yeux ne voient plus rien en fait... Pourquoi ? Tout simplement parce qu'on fait face à ces néons aveuglants qui vont droit sur nos yeux ! Ne plus rien y voir pendant qu'en plus on nous poke le vagin, non, ce n'est pas très agréable... 

5. « Oui, je peux m'avancer encore... Mais c'est au risque de vous tomber sur les genoux ! »
Dès qu'on est assises sur le fameux fauteuil, souvent le gynéco a besoin qu'on s'avance encore un peu vers lui pour qu'il puisse nous consulter convenablement. On a beau s'avancer, il a toujours besoin qu'on se décale encore un petit peu plus. La vérité c'est que notre installation nous empêche d'envisager quelle position conviendrait le mieux pour le gynéco. On veut bien faire des efforts, mais si on s'avance un peu trop, on risque de se retrouver les fesses par terre ou sur les genoux du médecin. Et ça risque d'être quelque peu gênant. 

6. « Est-il possible de couvrir mon pubis avec quelque chose de plus grand qu'un mouchoir ? »
C'est une délicate attention de nous permettre de recouvrir un minimum le bas de notre corps pendant la consultation, mais ce serait beaucoup plus utile si le papier qu'on nous met était assez grand. Une fois adulte et ayant dépassé les 50 kilos, la taille d'un sopalin ce n'est pas assez pour cacher notre pubis, sachez-le.  

7. « Il tente de creuser un tunnel vers la Chine ou quoi là ? »
Oui, parfois, se faire poker le vagin de cette façon c'est assez surprenant... Parfois même un peu douloureux sur le coup. Conséquence : oui, nous sursautons un peu ! Dans ces moments là, on aimerait admettre à notre gynéco qu'il faut arrêter de nous demander si on a mal ou pas. Oui, nous avons mal. Mais ça fait partie de leur métier et de notre condition de patiente, c'est comme ça. On vous pardonne, ne vous inquiétez pas !

8. « Pourrais-je avoir un cadeau à chaque fin de consultation ? »
Bah quoi ? Ce serait bien mérité après tout. Après avoir passer 10 minutes dans une position pas très sexy à sentir des sensations bizarres dans notre vagin et s'être fait palper les seins, on mériterait bien un lot de consolation, non ? On a bien le droit à notre brosse à dent après avoir vu le dentiste ! Alors pourquoi pas une image ou un autographe personnalisé de Ryan Gosling ? Ce serait franchement à envisager et ça nous réchaufferait le cœur. 

Tout ça fait partie des joyeuses galères qu'on traverse quand on est une femme, mais pour rien au monde on ne changerait de mode de vie. Après tout, le gynéco c'est une fois tous les six mois !
Et vous les filles, quelles sont vos autres galères insolites mais marrantes chez le gynéco ?
Source : Scarymommy.com
Commentaires