Enchaîné à l'arrière d'une voiture toute sa vie, ce puma aurait dû mourir mais il a survécu et aujourd'hui... il est libre !

Par
11 096
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Après avoir passé son existence enchaîné à l'arrière d'une voiture, ce malheureux et surtout très épuisé puma est enfin libre ! "Il a vécu toute sa vie avec un harnais et des chaines dans la benne de ce pickup" explique Jan Creamer, président de l'association de défense des animaux ADI (Animal Defenders International, ndlr).

@ADI

L'animal maltraité n'a même pas pu profiter du confort minimum que peut avoir une cage (la sienne est jonchée de barres de fer). Selon plusieurs spécialistes du milieu, il y a de grandes chances pour que le puma ait été acheté sur un marché quand il était encore tout petit. Depuis ce jour, il est trimballé (il n'y a pas d'autre mot) de village en village par le cirque péruvien auquel il appartient...

@ADI

"C'est sûrement la chose la plus triste que je n'aie jamais vue, un si bel animal enfermé dans un espace ridicule et insalubre" raconte Creamer. Et quand on imagine tout ce qu'à pu voir et vivre le président d'une telle organisation, ce n'est pas peu dire ! "J'avais l'impression qu'il n'était même plus vivant" s'offusque-t-il.

Baptisé Mustafa, le puma a été le dernier animal du cirque a être libéré par l'association ADI. Cette mission était l'ultime action d'une opération de plusieurs mois appelée Spirit of Freedom, comprenez Esprit de Liberté. Au total, le projet a permis de sauver plus de 80 animaux, mais même avec le partenariat entre l'association et le gouvernement péruvien, le combat a été long.

@ADI

Quand il a eu vent de l'opération de sauvetage, le propriétaire du cirque a décidé d'organiser une émeute et de donner de l'argent aux personnes qui viendraient pour combattre la police et les membres d'ADI, une manière de les empêcher de venir en aide aux animaux.

@ADI

"Beaucoup de gens sont venus, ils criaient et la situation a été compliquée" déclare Jan Creamer. Mais après de longues heures de face à face et de négociations, le propriétaire du cirque s'est rétracté quand il a réalisé qu'il allait à l'encontre de lourdes peines (notamment pour avoir demandé aux gens de venir avec leurs enfants).

@ADI

Malheureusement, stopper ces abominations est une occasion qui ne se présente que rarement. En effet, les cirques de ce type se déplacent de petit village en petit village et évitent les grandes villes, sachant qu'ils pourraient être dénoncés et leurs animaux saisis.

@ADI

Pour vous donner une idée du carnage et de l'horreur que ces cirques clandestins font subir à ces animaux rares, voici de quoi vous faire réfléchir. 24 heures avant la libération de Mustafa, l'ADI a libéré un tigre nommé Hoover d'un cirque similaire. Quand l'organisation avait commencé a signaler le cirque, il ne possédait déjà plus que deux tigres sur un total de 12 au départ. Huit mois plus tard, lors du sauvetage, Hoover était le dernier survivant... "C'est évident que ces gens ne font pas attention aux animaux comme il devraient. Ils ne connaissent même pas leurs besoins" lâche Creamer.

@ADI

Ça laisse songeur...
Regardez les très belles images d'un lion qui salue son bébé en s'accroupissant
Source : thedodo.com
Commentaires