Cette jeune aventurière a parcouru les Maldives, et elle en ramène des images terriblement choquantes !

Par
37
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Connues pour faire partie des merveilles naturelles de notre planète, les Maldives sont aussi l'une des places fortes du tourisme. Et depuis pas mal d'années maintenant, ce petit archipel à la faune et la flore luxuriante doit faire face au tourisme de masse.

Alison Teal, une réalisatrice américaine, parcourt le monde pour y faire des reportages sur l'état actuel de notre belle Terre. L'aventurière a beau être habituée à constater les dégâts de la pollution sur l'écosystème, son passage par les Maldives l'a particulièrement choquée.

@alisonsadventures

Pendant son reportage, Alison en a profité pour faire des photos. Une façon de sensibiliser le plus grand nombre sur ce véritable cataclysme écologique. Les clichés parlent d'eux mêmes.

Pour la jolie blonde, tout commence sur une île sur laquelle elle se rend en tant que candidate pour une émission de télé-réalité du type Koh Lanta. Dès son arrivée sur le lieu paradisiaque, elle remarque tout de suite que la plage est, par endroit, polluée par des déchets plastiques. Ces derniers s'y échouent après avoir dérivé en mer pendant de longs moments.

Evidemment, pour ne pas choquer son audience et pour faire rêver les téléspectateurs, la production du programme a fait en sorte que rien de tout ça n'apparaisse à la télévision. Du coup, la pollution était passée inaperçue...

@alisonsadventures

Mais on ne fait pas un coup comme ça à Alison Teal, la jeune femme a la tête dure. Alors dès son retour aux États-Unis à la suite de l'émission, elle a décidé de repartir sur les lieux du tournage, accompagnée d'une photographe et d'un vidéaste. L'objectif ? Toucher l'opinion !

Elle explique sa démarche : "je devais revenir. Je voulais voir ce que je pouvais faire pour une terre qui m’a aidé à survivre pendant presque un mois."

Une fois sur place, les trois défenseurs de la biodiversité sillonnent les îles à la recherche de déchets, de zones endommagées, jusqu'à aller sur Thilafushi, une île dite "poubelle" de l'archipel. Voilà ce que le petit groupe était venu chercher, il n'en fallait pas plus pour que le reportage prenne une autre ampleur...

La jeune femme veut faire réagir, veut toucher les gens. Elle veut montrer que si personne ne fait rien, les Maldives ne seront plus et ne sont déjà plus le paradis que l'on voit sur les cartes postales ou à la télévision. L'idée ? Jouer sur les contrastes entre ce qu'imaginent les gens quand ils entendent le mot "Maldives", et la triste réalité. Alison se baigne dans l'eau turquoise infestée par les déchets, se promène parmi les montagnes de détritus et pose même avec un bikini constitué de vieilles bouteilles en plastique...

@alisonsadventures
@alisonsadventures
@alisonsadventures
@alisonsadventures
@alisonsadventures

Si l'ancienne candidate de télé-réalité (qui est avant tout réalisatrice et militante, ndlr) et son équipe ont pu se rendre sur cette île poubelle, c'est grâce au gouvernement des Maldives qui en a assez de voir sa nature saccagée par certains touristes sans foi ni loi, et lui a donc donné son accord pour le reportage.

Lancée en 1992, Thilafushi est une étendue artificielle créée de déchets issus en immense majorité du tourisme de masse qui s'abat sur l'archipel. Chiffre accablant, selon le gouvernement local, chaque visiteur générerait 3,5 kg de déchets par jour ! Pire encore, cette décharge à ciel ouvert pollue aussi l'air et le ciel, car pour des questions de logistique, des tonnes de déchets sont brûlées chaque jour, dégageant en permanence une fumée toxique et nocive.

@alisonsadventures

Pour Alison Teal, la sensibilisation, c'est important, mais l'action, ça l'est tout autant ! En effet, sur place, elle a réussi à mobiliser une centaine de bénévoles pour participer à un grand nettoyage des plages.

Elle raconte ce moment : "la partie la plus incroyable pour moi était de faire équipe avec les enfants, ils sont l’avenir des Maldives et ce sont eux qui ont besoin de comprendre ce qu'il se passe."

@alisonsadventures
@alisonsadventures
@alisonsadventures



Alors oui, certes, les Maldives sont un paradis pour les tortues, les poissons, les coraux, les coquillages, les dauphins et requins entre autres, mais aussi pour le plastique. Tous ensemble, faisons en sorte que cet endroit de rêve ne devienne pas l'enfer !
Un chien refuse de s'éloigner de l'endroit où son maître est mort 18 mois plus tôt
Source : http://positivr.fr/
Commentaires