Cette mamie faisait coucou à ces enfants tous les jours de sa fenêtre... Mais le jour ou elle n'est pas venue, ils devaient absolument la retrouver !

Par
10 304
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

Louise Edlen est une petite grand-mère de 93 ans qui a une drôle d’habitude : depuis plus de 5 ans, de sa fenêtre, elle fait coucou au bus scolaire rempli d’enfants qui passe tous les matins devant chez elle.   

Ces joyeux écoliers, elle ne connaît pas leurs noms, mais elle connaît bien leurs visages. Et tous les matins, elle attend avec impatience leurs grands sourires et leurs grands signes de main en retour.   

Les enfants ne connaissaient pas non plus le prénom de Louise, mais pour eux, elle fait un peu partie de la famille et ils l’adorent. 

Ces signes de main du matin sont vraiment devenus une sorte de tradition pour le bus scolaire numéro 7 de l’école d'Arlington, située dans l’État de Washington.  

Une tradition si ancrée, en fait, que les enfants ont paniqué lorsqu’un matin, quelque chose de différent s’est produit : ils n’ont pas vu la « mamie à la fenêtre » qui d’habitude les attendait derrière la petite vitre de son salon.  Elle n’est pas venue à la fenêtre le matin suivant, et à celui d’après non plus. Les enfants commençaient à s’inquiéter, et la conductrice du bus, Carol Mitzelfeld, a fini par apprendre ce qui s’était produit : Louise avait eu une attaque cardiaque, et se trouvait à l’hôpital.

Elle a alors fait part de la triste nouvelle aux élèves du bus, qui ont commencé à se faire vraiment du souci pour elle.   Alors, avec l’aide de Carol, les enfants ont décidé de faire une petite surprise à Louise, en lui envoyant des fleurs.  Louise a été, comme on s’en doute, extrêmement touchée par ce magnifique geste, de la part de ces enfants dont elle ne connaissait que les visages.   

Et comme elle savait qu’elle ne pourrait pas être là le matin suivant pour leur dire merci, elle a fait poser cette pancarte sur sa fenêtre à la place :  « Ça m’a vraiment fait sourire », explique Cheyanne, l’un des enfants du bus. « C’était la preuve que nous comptions énormément pour elle. »   

Alors, en retour, les enfants ont pris une énorme photo d’eux en train de lui faire des grands signes depuis les fenêtres du bus. Ils savaient à quel point elle adorait les voir passer à bord du véhicule, et ne voulaient pas qu’elle manque une occasion de les voir ! Il fallait bien qu’ils trouvent un moyen d’amener le bus jusqu’à elle, puisqu’elle ne pouvait pas venir jusqu’à eux… 

 « C’est de la part des enfants. Vous leur manquez beaucoup, et ils veulent que vous vous rétablissiez très vite », a dit Carol, la conductrice du bus, à Louise.   Depuis son accident cardiaque, il est devenu très difficile pour Louise de parler, mais elle a tout de même réussi à répondre : « Ils me manquent à moi aussi. J’essaye d’aller mieux très vite ».   

Selon le mari de Louise, voir les enfants du bus « vaut tout l’or du monde pour elle, c’est le moment le plus important de sa journée ». Apparemment, la vieille dame a du mal à se rappeler des prénoms, y compris ceux de ses propres enfants, car sa mémoire n’est plus toute jeune… mais par contre, elle n’oublie jamais de se mettre à la fenêtre, à l’heure exacte du passage du bus !   

 

 À la lumière de cette touchante histoire, on se rend compte à quel point les gestes les plus simples peuvent être d’une importance énorme. Les sourires. Les signes de la main. Une main posée sur une épaule. Les « petits » gestes traduisent bien souvent des sentiments très grands.   

Ces enfants et leur « mamie à la fenêtre » partagent un lien indescriptible et inqualifiable par les mots. Et dire que tout cela est parti d’un simple signe de la main à la fenêtre…

À Saint-Jean-de-Luz, ils secourent une tortue coincée dans un filet
Commentaires