Ceux qui sont mauvais à l'école ou à la fac finiront par dominer le monde ! Et voici pourquoi...

52partages

Georges W. Bush n’était peut-être pas le meilleur président que la terre n’ait jamais porté, et il n’était pas particulièrement connu pour la grande pertinence de ses discours…

Pourtant, l’ancien locataire de la Maison-Blanche a dit une fois quelque chose de plutôt intéressant et sensé, lors du discours de fin d’année de l’Université Southern Methodist :

 

«  À tous ceux qui obtiendront leur diplôme cette après-midi avec les honneurs, les félicitations du jury et autres prix d’excellence, je vous dit : « Bien joué »

 

Quand à vous, les derniers de la classe… Eh bien, comme j’aime à le dire : vous aussi, vous pouvez devenir président.  »

 

Bush savait bien de quoi il parlait, puisqu’il avait obtenu lui-même des résultats plutôt médiocres à l’université. L’occasion de faire un peu d’autodérision… et de rappeler au passage aux élèves dont les résultats étaient pourtant loin de l’excellence que rien n’est jamais perdu, et que ce n’est pas cela qui doit les décourager et les conditionner pour leur futur.

 

Et en effet, la vie est pleine de possibilités infinies, et ce ne sont pas les notes que vous avez eu pendant votre cursus scolaire qui définira ce que vous serez pour le reste de votre vie.

 

Que l’on aime Bush ou pas, il faut bien reconnaître qu’il y a quelque chose de vrai là-dedans… Et puis, ce n’est pas le seul président à ne pas avoir été un génie à l’école !

 
J. F. Kennedy lui aussi avait d’assez mauvaises notes, et ses professeurs disaient même de lui qu’il avait un tempérament de sale gosse. D’autres grands hommes politiques célèbres étaient eux-aussi considérés comme des cancres par leurs professeurs, avant de faire carrière dans la politique !

 

@via elitedaily

 

Et il n’y a pas que les hommes d’état ... Je ne vais pas bien sûr vous parler ici du cas célèbre d’Albert Einstein, dont on dit qu’il était dyslexique et qu’il avait des soucis en mathématiques…

 

Mais par contre, saviez-vous que Steve Jobs n’est jamais allé jusqu’au bout de son cursus universitaire ? Même chose pour Mark Zuckerberg et Bill Gates, qui n’ont jamais pu finir la fac. La preuve qu’on peut avoir énormément de succès dans la vie, sans pour autant avoir forcément réussi dans les études !

 

De même, Elisabeth Holmes, la plus jeune femme milliardaire du monde qui a révolutionné le monde de la médecine, a abandonné ses études afin de se lancer dans sa propre voie. L’entrepreneur britannique Richard Branson, grand patron de Virgin, souffrait d’une sévère dyslexie et se distinguait par ses très mauvais résultats scolaires. Il a abandonné l’école à l’âge de 15 ans, et son proviseur lui aurait même prédit qu’il finirait sans doute ses jours en prison !

 

En somme, même si le fait de recevoir une éducation — sous une forme ou une autre, d’ailleurs — est important, il faut bien croire qu’il n’y a pas un seul et unique chemin tout tracé vers le succès !

 

  

@via journaldugeek

 

Neil deGrasse Tyson, un éminent astrophysicien, a récemment dit lors d’une conférence à l’Université d’Amherst, au Massachusetts :

 

«  Vos notes, quelle que soit votre moyenne générale actuelle, deviendront rapidement sans aucune valeur quand vous serez dans la vie active. Et voous êtes encore loin d’imaginer à quel point !

 

Parce que dans la vie, personne ne vous demandera quelle était votre moyenne à l’Université. Tout le monde s’en moque.

 

… Si votre moyenne signifie quoi que ce soit, c’est ce que vous étiez à cet instant là — et cela ne vous définira pas pour le reste de votre vie.  »

 

L’intelligence est une chose très subjective, et la réussite scolaire ou universitaire n’est parfois  pas le meilleur moyen de la mesurer. En fait, réussir dans les études dépend en grande partie de la capacité d’une personne à s’adapter et à travailler dans un système et un cadre bien défini, mais ce n’est pas toujours ces qualités qui importent le plus dans le monde du travail !

 

Le caractère, la personnalité, les expériences de vie et le réseau que l’on se crée… C’est cela qui, au final, déterminera la direction que votre vie va prendre.

 

@ s/ google image

 

Pour réussir, rien ne pourra jamais remplacer la passion, la persévérance, l’intelligence émotionnelle et surtout, la capacité de comprendre la valeur de ses échecs et d’en tirer des enseignements.

 

C’est peut-être précisément pourquoi on voit tant de « cancres » parvenus au sommet… Eh oui, on ne les attend pas du tout là, mais pourtant… les mauvais élèves dirigent le monde, c’est comme ça ! Ils savent ce que c’est que de devoir lutter, et le plus souvent, ils ont dû franchir bien plus d’obstacles que ce que la plupart des gens imaginent.

 

Alors bien sûr, il ne suffit pas de ne rien glander à l’école et d’avoir des mauvaises notes pour réussir… par contre, être un bon élève ne signifie pas non plus forcément que vous serez toujours au-dessus des autres et que votre succès est garanti.

 

Au final, la vraie réussite, ce n’est pas d’avoir un numéro plus élevé que les autres sur son relevé de notes. La vraie réussite, c’est de faire quelque chose qui aura un impact positif sur le monde.

 

Donc si vous ne finissez pas vos études en étant premier de la classe, que vous n’avez pas votre diplôme avec mention, ne désespérez pas. La vie est pleine de hauts et de bas, et même si on apprend beaucoup de choses au cours des études, le véritable apprentissage de la vie commence quand on quitte la salle de classe.

 

Bref, nous ne devrions jamais nous arrêter d’apprendre, il ne faut jamais baisser les bras… Et surtout, il ne faut pas oublier de profiter de la vie entre temps !


Source : Elitedaily
En vidéo : Harry Potter low-cost, la version géniale de Studio 188
Plus d'articles
Dernières news