Au Canada, 250  000 litres de pétroles accidentellement rejetés en mer

Par
1 834
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce vendredi, une plateforme de forage canadienne a rejeté accidentellement 250 000 litres de pétrole en mer.

Le déversement de pétrole s’est produit après « une perte de pressions sur une conduite sous-marine », au large des côtes de Terre-Neuve, reliant la plateforme South White Rose et le pétrolier Sea Rose du groupe Husky Energy.

Aucun signe visible de marée noire

Malheureusement, le déversement ne peut pas être contenu ni nettoyé, en raison de forts vents et d’une mer agitée. Toutefois, le pétrole n’atteindra pas la côte, selon l’entreprise.

« Aucun signe visible d’éclat » à la surface de l’océan, à savoir de marée noire, n’a été constaté, a indiqué le régulateur du secteur, l’Office Canada-Terre-Neuve des hydrocarbures extra-côtiers (CNLOPB). « À la suite de survols, il n’a pas de raison de croire que le déversement se poursuive ».

250 000 litres de pétrole ont été déversés au Canada. Crédit : ggw / shutterstock

Un mini-sous-marin télécommandé a été déployé ce lundi dans le but de réaliser une inspection de la conduite reliant la plateforme et le pétrolier.

Pire fuite de l’histoire de la région

L’office déclaré également que tous les puits étaient dans un état sécurisé, ainsi qu’aucun animal marin ni oiseau n’a été aperçu aux alentours de la fuite.

Les groupes environnementaux ont déclaré que, bien que les représentants du gouvernement et de l’industrie aient déclaré qu’ils pouvaient protéger les océans des risques d’un déversement en mer, la réalité est plus compliquée.

Ces 250 mètres cubes de pétrole à la mer, qui représentent 1 572 barils de pétrole, constituent la pire fuite de l’histoire de la province. Une nouvelle catastrophe qui intervient quelques mois après la marée noire mortelle en Indonésie.

VIDEO : Le ministre de l'Agriculture a déclaré que le transport des animaux serait arrêté quelques jours à cause de la canicule
Source : Le Parisien
Pétrole Accident Canada Mer
Commentaires