500 œufs de flamants roses perdus à cause d'un tournage en Camargue

Par
3 007
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

L'association France Nature Environnement (FNE) a dénoncé la destruction de plusieurs centaines d'œufs de flamants roses lors du tournage du nouveau film de Nicolas Vanier dans le Gard et annoncé vouloir porter plainte.

Un simple tournage peut avoir des conséquences dramatiques. Au début du mois de juin, un des membres de l'équipe du prochain film de Nicolas Vanier, « Donne-moi des ailes », qui se trouvait en Camargue, a survolé en ULM « la seule colonie de Flamants roses de France en pleine période de couvaison », qui s'était établie dans un lieu reculé pour couver ses œufs, écrit FNE dans un communiqué mis en ligne le 29 juin. Rien de surprenant au premier abord, mais en tentant de les faire s’envoler pour prendre des images en plein vol, « les engins ont provoqué un mouvement de panique au moment le plus sensible de l’année », s'insurge l'association. Résultat  : « 500 couples sur les 4 500 que comprend la colonie ont abandonné définitivement leur œuf », déplore-t-elle, soit 11 % des nids au total.

Une situation d'autant plus problématique que ces oiseaux emblématiques des littoraux méditerranéens sont identifiés comme « quasi menacés » sur la liste rouge régionale des oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon. Cette présence si rare exigeait donc « les plus grandes précautions lors du tournage, pour éviter de menacer la réussite de leur reproduction », peut-on lire. La fédération de protection de la nature assure pourtant que « l’équipe de Nicolas Vanier en avait été informée par le bureau d’étude Biotope, auprès de qui elle avait pris conseil, ainsi que par les naturalistes locaux ».

Cette dernière annonce également avoir porté plainte contre X pour « perturbation intentionnelle » et « destruction d'espèce protégée ».

Pour couronner le tout, « Donne-moi des ailes » traite de la protection de la biodiversité, et plus précisément des oiseaux. Nicolas Vanier est d'ailleurs connu pour ses nombreux films tournés en pleine nature, tels que « Belle et Sébastien », « Loup », ou « Le Dernier Trappeur », véritables hymnes aux animaux et à la vie sauvage. Un comble.

Le cinéaste a pris la décision d'interrompre le tournage de son long-métrage en Camargue et s'est dit « très affecté » dans un communiqué, rapporte France 3 Occitanie. Lui et la production du film indiquent s'être « immédiatement rapprochés des associations concernées » et ont proposé « des actions concrètes afin d'aider à faire découvrir cet animal formidable ». Tous souhaitent « mettre en œuvre les solutions permettant de réparer intégralement les conséquences de cette initiative malheureuse ».

Ce à quoi France Nature Environnement a répondu avec une illustration pour le moins ironique à découvrir ci-dessous :

Le tournage du film se poursuit, notamment en Norvège, pour un mois et demi encore. « Donne-moi des ailes » devrait sortir en octobre 2019.

Commentaires