Pour une expérience, il prend du LSD et réalise 9 dessins sous l'emprise de cette puissante drogue !

2 322partages
Contrairement à Bryan Lewis Sanders ou Brian Pollett, des artistes qui ont respectivement dessiné des autoportraits et des portraits après la prise de différentes drogues, les 9 croquis que vous allez voir ci-dessous ont été réalisés au cours d’expériences menées par l’armée américaine durant les années 1950.

À l’époque, le gouvernement américain se passionne pour la recherche concernant les effets sur le cerveau et sur le comportement humain de psychotropes tels que les drogues, en particulier le LSD, ainsi que les médicaments. Au point de faire de ce sujet une véritable obsession. Certains disent que cette substance a le pouvoir de changer le processus de pensée, de modifier la perception du temps et de l’image, les autorités veulent en avoir le cœur net.

Du coup, entourés par des scientifiques, plusieurs cobayes se voient injecter plusieurs doses de LSD et ensuite, il leur a été demandé de dessiner un visage. Et voici les résultats, dont certains risquent fortement de vous étonner…

1. Premier dessin, 20 minutes après la première dose (50 μg)
Un médecin surveille le cobaye. Ce dernier commence à dessiner normalement. L’observateur note : « Conditions normales, aucun effet de la drogue pour l’instant. »
@USgov

2. 1h25 après la première dose et 20 minutes après la deuxième dose (50 μg + 50 μg)
Le patient semble euphorique : « Je vous vois clairement, très clairement. C’est… vous… c’est tout… J’ai du mal à contrôler ce crayon. Mais il semble vouloir continuer à dessiner. »
@USgov

3. 2h30 après la première dose
Le patient apparaît extrêmement concentré : « Les contours sont normaux, mais je les vois changer de couleur. Je ne peux empêcher ma main de suivre les grandes lignes du dessin. C’est difficile à expliquer, mais j’ai l’impression que ma conscience se trouve dans des parties actives de mon corps, comme ma main, mon coude, ma langue, etc. »
@USgov

4. 2h32 après la première dose
Le patient semble être agrippé à sa feuille : « Les contours du modèle sont normaux, mais ceux de mon dessin ne le sont pas. Les mouvements de ma main sont bizarres… Ce n’est pas un bon dessin, si ? J’arrête, j’essaierai à nouveau tout à l’heure… »
@USgov

5. 2h35 minutes après la première dose
Le patient se lance rapidement dans un autre croquis : « Je vais faire un dessin… sans m’arrêter… une seule ligne, pas de pause ! » Tout proche de la fin de son dessin, il rit, puis semble effrayé par une chose imaginaire qu’il aurait vu au sol.
@USgov

6. 2h45 après la première dose
Le patient semble agité, mais répond de façon très lente lorsque le médecin lui suggère de faire un autre dessin. Il devient presque incompréhensible : « Je suis… tout est… changé… ils appellent… ton visage… entrelacé… qui est… » Le patient prononce des mots de manière inaudible.
@USgov

7. 4h25 minutes après la première dose
Après avoir tenté d’aller se coucher, le patient a finalement agité ses mains en l’air pendant environ 2 heures. Soudainement, il retourne près de sa feuille et attrape un crayon : « Ce sera le meilleur dessin, comme mon premier. Si je ne fais pas attention, je perds le contrôle de mes mouvements, mais ça n’arrivera pas, parce que je sais. Je sais. » Le patient réalise les derniers traits du croquis en courant à travers la pièce.
@USgov

8. 5h45 minutes après la première dose
Une heure et demie avant qu’il ne s’installe à nouveau, il semble avoir repris le dessus sur les effets de la drogue : « Je peux sentir mes genoux à nouveau, je pense que ça commence à aller mieux. Mon dessin est vraiment pas mal, mais ce crayon est dur à tenir. »
@USgov

9. 8h après la première dose
Le patient s’est allongé sur son lit, il raconte qu’au cours de l’expérience, le visage du médecin était déformé. Ce dernier lui demande un dernier dessin, que le patient réalise à contrecœur : « Je n’ai rien à dire sur ce dessin, il est mauvais et inintéressant, je veux rentrer chez moi tout de suite. »
@USgov

Évidemment, rappelons que toute consommation de drogue est interdite et dangereuse pour la santé.
En vidéo : Rajacenna, une dessinatrice au coup de crayon hyper réaliste
Source : So Bad So Good
Dernières news