Dune du Pilat : 9 tonnes de déchets, dont beaucoup de masques, ont été ramassées en deux mois

2 282partages

Véritable emblème de la côte aquitaine, la dune du Pilat compte parmi les sites les plus visités de France avec 2 millions de visiteurs annuels et une augmentation logiquement significative de cette dernière lors de la période estivale. Mais le revers de la médaille est la pollution qu’on y trouve et les chiffres font froid dans le dos.

Crédit : Anna Kochetkova / Shutterstock

À voir aussi

En effet, rien que pour les mois de juillet et d’août 2020, ce sont plus de neuf tonnes de déchets qui ont été ramassés sur les 500 hectares de superficie du site qui comprend la dune et le massif forestier qui la borde. Si au niveau de la quantité récoltée les agents ne constatent pas de réelle évolution des comportements, ils remarquent néanmoins l’arrivée en masse d’un nouvel élément que tout le monde utilise désormais : le masque. Pourquoi sur la dune du Pilat plus qu’ailleurs ? Sans doute car son port avait été rendu obligatoire courant juillet par le maire de La-Teste-de-Buch, la commune dont dépend administrativement le célèbre site naturel situé aux portes du Bassin d'Arcachon.

Des masques retrouvés tous les jours

« On retrouvait des masques tous les jours lors de nos ramassages des déchets. On est à peu près dans les mêmes proportions que l’année dernière, on retrouve toujours autant de papiers, de bouteilles et bizarrement des chaussures » a confié l’un des membres du syndicat mixte de la Grande Dune du Pilat. Pourtant, redoutant ce type d’agissements sur un lieu protégé par la loi du 2 mai 1930 sur les monuments naturels et les sites, les responsables locaux avaient opté pour la prévention en déployant deux à trois agents pour accueillir des touristes dans les meilleures conditions. À noter qu’entre le 11 mai (date du premier déconfinement, ndlr) et la rentrée de septembre, des missions de surveillance réalisées quotidiennement par des gardes du littoral ont permis d’effectuer 217 rappels à la réglementation du Code de l’environnement.

Crédit : Stanislav Simonyan / Shutterstock

Une fois encore, le territoire national est donc le théâtre du manque de civisme de la population et c’est finalement sa biodiversité qui en souffre. Face à ce genre de découvertes désolantes qui se multiplie en France et dans le monde, il est temps de prendre conscience qu’un changement des comportements est primordial pour protéger la nature et notre planète.

Source : 20 Minutes
Plus d'articles
À lire aussi