Un « musée des martyrs » à Berlin place un portrait d'un terroriste du Bataclan et fait polémique

Par
1 387
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

À Berlin, une installation artistique baptisée «le Musée des martyrs» érige de grandes figures de l’Histoire aux côtés de personnalités terroristes. Et forcément, ça fait grand débat.

C’est le magazine allemand « Bild » qui a révélé l’existence de cette exposition artistique qui se tient à Berlin, à la maison des artistes de Béthanie, depuis le 29 novembre dernier. À l’origine, on y trouve deux artistes danois qui voulaient mettre en lumière une série de portraits de personnalités « mortes pour leurs convictions ».

On y trouve notamment les portraits de Ismaël Omar Mostefaï, l’un des trois auteurs de la tuerie du Bataclan qui s’est déroulée en novembre 2015. En outre, on y aperçoit également le portrait de Mohammed Atta, le chef du commando du 11 septembre 2001, ainsi que les auteurs des attentats suicides en mars 2016 à Bruxelles.

EPA / MAXPPP / HAYOUNG JEON

Placer ces personnalités aux côtés de grandes figures historiques comme le philosophe Socrate et le pasteur Martin Luther King, c’est là que le problème se pose. Ricarda Ciontos, responsable de l’association Nordwind qui a installé l’exposition, explique l’intention des artistes auprès de Bild : « Les artistes ont cherché à élargir le concept de martyr, au-delà de tout jugement de valeur ».

Forcément, à la découverte de ces images, des personnalités politiques françaises ont exprimé leur dégoût, à l’instar de Nicolas Dupont-Aignan qui a qualifié cette exposition « d’injure aux victimes de l’islamisme ». En Allemagne, un cadre de l’AfD, un parti d’extrême-droite allemand, à décidé de porter plainte contre les artistes.

De son côté, l’ambassade de France en Allemagne a exprimé sa « consternation » : « Un tel parti pris est profondément choquant. Tout en rappelant notre attachement à la liberté de la création artistique, nous dénonçons la confusion ainsi faite entre martyre et terrorisme. »

Contactée par Le Parisien, l’association « Life for Paris », qui regroupe les attentats des victimes du 13 novembre, a aussi fait part de son indignation : « On a toujours soutenu la création artistique, comme thérapie notamment. Mais là, on est révulsés: il s’agit d’une provocation haineuse et intolérable à visée purement médiatique. Life for Paris a demandé le retrait immédiat de la photo incriminée ».

#FillTheBottle, le nouveau challenge écologique qui vise à nettoyer la nature des mégots
Source : Bild
Commentaires