Les bus madrilènes ont désormais de la végétation sur leurs toits... Une initiative astucieuse pour lancer un nouvel écosystème urbain

Par
2 691
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Suite à l’initiative d’un artiste paysagiste, la mairie de Madrid a entrepris le projet de végétaliser les toitures des bus et des abribus.


Il y a quelques années, l'artiste paysagiste espagnol Marc Granen avait remarqué, en regardant une photo aérienne d’une ville, que les toits des bus étaient des surfaces inutilisées. Ainsi, il créa la première toiture végétale, devenue un véritable écosystème mobile urbain (dans lequel vivent des plantes, mais aussi des insectes, grenouilles et autres lézards).

greenerideal.com


En collaboration avec des ingénieurs, il constata qu’un mètre carré pouvait absorber 20 kilos de CO2. À l’échelle d’une grande ville, il était alors possible de végétaliser 100 000 mètres carré de toitures.

En plus de recréer un écosystème au cœur de la ville, la toiture végétale sert aussi à réguler la température intérieure du bus, la diminuant notamment de 3 à 4 degrés durant la période estivale.

marcgranen.net


C'est ainsi que la mairie de Madrid s'est rendue compte de l’efficacité de ces « espaces verts mobiles pour absorber le bruit, la chaleur et la pollution ». Désormais, les toits des bus et des abribus de l' « Empresa Municipal de Transportes » (EMT, la principale société d’exploitation des transports à Madrid), seront recouverts de végétation.


Chaque jardin coûte près de 2500 euros d’installation, une somme expliquée par un système d’irrigation spécial pour éviter les fuites : « Chaque jardin sera formé de mailles métalliques et de matériaux durables capables de supporter le mouvement sans générer de fuites » détaille Antonio Antona, le gestionnaire du projet, dans les pages du journal "The Local".

marcgranen.net


Le projet, intitulé « Mueverte en verde » (en français « Déplace-toi en vert »), vise à atténuer les effets de la pollution urbaine, comme un contre-pouvoir environnemental. Il sera testé sur 130 bus, sur les lignes 27 et 34, « qui traversent les zones les plus achalandées de la ville,  du nord au sud et qui ont été empruntées par 17 millions de personnes l’année dernière ».


En plus de transformer les transports en commun en de nouveaux poumons environnementaux, les toitures végétalisées ont le mérite d’être plus agréables à regarder, redonnant des couleurs vives au décor urbain.

playgroundmag.net

Superbe initiative, n’est-ce pas ?
Source : Playgroundmag
Commentaires