À Rennes, un café dont tous les employés seront autistes ou trisomiques va ouvrir prochainement

Par
3 953
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Un nouveau café, « Le Joyeux », ouvrira demain à Rennes, en Bretagne. Il sera idéalement situé dans la rue Vasselot, une petite voie piétonne commerçante située dans le centre-ville, parsemée de petites échoppes. Les clients qui s'aventureront à pousser la porte de la boutique pourront s'asseoir à une table pour déguster d'excellents cafés et viennoiseries en tous genres.

Un café sympathique, comme il y en a d'ailleurs tant d'autres en Armorique comme en France... Mais si « Le Joyeux » pourrait, au premier abord, vous sembler être un établissement bien banal, il y a tout de même une petite subtilité, un petit quelque chose en plus qui fait toute la différence !




En effet, tous ses employés, sans exception, sont atteints d'un handicap ou d'une condtition qui, en temps normal, leur donneraient toutes les difficultés du monde pour obtenir un emploi. Certains sont trisomiques, d'autres sont autistes.

Il s'agit, à l'origine, d'une idée de Yann Bucaille Lanrezac, notamment à l'initiative d'une fondation caritative nommée Émeraude solidaire. À l'origine, la fondation soutient des causes assez variées, allant de la lutte contre la pauvreté, l'exclusion et la malnutrition à la promotion d'action éducatives au bénéfice de populations défavorisées, en passant bien sûr par l'aide aux personnes handicapées.

Mais c'est en faisant la rencontre d'un jeune homme atteint de troubles autistiques que Yann a un déclic : ce dernier lui déclare qu'il veut travailler, et lui demande de lui trouver un travail. Lorsqu'il lui répond qu'il ne peut pas lui proposer malheureusement de travail, le jeune s'est énervé, déclarant que ce n'était pas juste et que lui aussi pouvait être utile à la société, autiste ou non.

Alors, Yann décide d'ouvrir un café dont tous les employés seront des personnes atteintes d'autisme ou de trisomie. Le but : permettre aux clients de dépasser leurs différences et de remettre en question certaines idées reçues, tout en permettant aux employés de s'intégrer dans la société, dans un cadre stimulant au sein duquel ils se sentiraient à leur place.

« Pour eux, c'est l'occasion de travailler dans un commerce comme un autre, au coeur du centre et non pas dans une structure spécialisée éloignée de tout », explique ainsi Yann Bucaille Lanrezac au quotidien régionnal Ouest France. « Le but est aussi d'abolir ses différences et de ne plus en tenir compte. Que tout le monde passe un bon moment dans un cadre agréable, » ajoute-t-il.

Rendez-vous dès demain à Rennes, au 14, rue Vasselot, pour profiter de l'ouverture du café « Le Joyeux » et venir prendre une cure de sourires dans cet endroit pas comme les autres, dont le nom ne laissé déjà présager que du positif.

Commentaires