Un renardeau, abandonné par sa mère dans un caniveau, a été sauvé de la noyade, au Havre

1 626partages

Un adorable petit renard, laissé à l'abandon par sa maman, a récemment été sauvé d'une mort certaine, en Normandie. Aujourd'hui, le bébé se porte mieux et les personnes l'ayant recueilli espèrent le relâcher dans la nature très vite.

Il s’en est fallu de peu !

Un renardeau, âgé d’à peine une semaine, a été sauvé d’une mort certaine le 7 mars dernier, au Havre (Seine-Maritime), grâce à la réactivité de promeneurs et de bénévoles locaux.

Le pauvre petit animal avait été abandonné par sa maman dans un caniveau et risquait la noyade.

Depuis qu’il a été confié à l’association Le Chêne, basée à Allouville-Bellefosse, le petit animal se remet peu à peu mais reste encore fragile.

Les soigneurs prennent soin de lui, en le nourrissant au lait maternisé toutes les trois heures, et font tout leur possible pour que le renardeau puisse un jour retrouver la vie sauvage comme l’explique le site Actu.fr.

Abandonné par sa maman, le renardeau était en train de se noyer dans un caniveau quand il a été sauvé

Pour donner des nouvelles rassurantes, l’association a publié sur Twitter une vidéo très mignonne du renardeau buvant son biberon de lait.

Les images ont attendri les internautes qui ont découvert une minuscule petite créature tenant dans la paume d’une main.

« Il a encore les yeux fermés et lorsqu’il a été trouvé, il était en train de se noyer. Il a alors été pris en charge directement et est désormais au chaud en nurserie mammifère », peut-on lire en légende sur le tweet.

« On pense que la renarde a été dérangée alors qu’elle le transportait et qu’elle a été contrainte de le laisser là, dans le caniveau », a ainsi expliqué Joséphine Gosselin de l’association Le Chêne, interrogée par 76 Actu.

« Il avait beaucoup de mal à respirer, quand les gens l’ont retrouvé, il était en train de se noyer (…) on estime qu’il avait à peine une semaine quand on l’a récupéré, on l’installera quand on pourra dans un enclos extérieur avant de pouvoir le relâcher », a-t-elle précisé.

L’objectif étant d’éviter toute imprégnation, afin que l’animal puisse un jour être réintroduit dans la nature et retrouver ainsi son état sauvage originel.

Il faut donc éviter de lui parler en réduisant les contacts au strict minimum mais, comme le rappelle Joséphine Gosselin, la chose est plus facile à dire qu’à faire car l’animal « est très mignon » et il est « difficile de ne pas s’y attacher ».

On le comprend aisément !

Crédit photo : Association Le Chêne

Source : Actu.fr
Plus d'articles
À lire aussi