Selon les chercheurs, 32% des plantes tropicales d'Afrique sont menacées de disparition

470partages

Selon une étude parue le mercredi 20 novembre dans la revue Science Advances, 7000 espèces, soit un tiers des plantes tropicales d’Afrique, pourraient disparaître.

La forêt du Bassin du Congo. Crédit : edeantoine/ Shutterstock

C’est ce qu’estiment les chercheurs qui ont conduit les recherches. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), une organisation non gouvernementale française, a publié sa « liste rouge » des espèces animales et florales menacées. Si celle concernant les mammifères et les oiseaux s’avère être complète, la liste pour établir le nombre de plantes menacées est quant à elle bien plus difficile à constituer.

Il existe en effet plus de 350 000 espèces de plantes sur la planète, ce qui rend le travail de sélection beaucoup plus difficile. Ainsi, ce sont moins de 10% des espèces de plantes qui sont évaluées. Un travail qui est loin d’être complet.

Pour pallier à ces interstices et afin de dresser une liste d’estimation probable, une équipe menée par le botaniste français Thomas Couvreur de l’Institut de recherche pour le développement, a donc eu l’idée de réduire son champ de recherche sur plus de 22000 plantes vasculaires tropicales d’Afrique. Ce chiffre correspondant au nombre démarqué dans une base de données française, Rainbio, dont se sont servis les chercheurs de Thomas Couvreur.

En réduisant le champs des possibles, les chercheurs ont pu estimer le chiffre tout de même faramineux de 7000 espèces, ou 32%, classées comme « probablement ou potentiellement menacées » sur le sol africain. Pour établir cette liste, deux critères sont pris en compte comme la réduction de la taille de la population des plantes présentes ainsi que la répartition de sa zone géographique.

Cela est nettement dû aux nombreuses déforestations sur le continent autorisées par les autorités de pays comme la République Démocratique du Congo. En 2018, le gouvernement du pays avait autorisé deux entreprises forestières chinoises à exploiter 650 000 hectares de forêts, rapporte l’organisation Greenpeace.

Rien d’étonnant alors que ce pays, ainsi que l’Éthiopie, la Tanzanie et les forêts d’Afrique de l’ouest soient les plus exposées par la menace. Le pillages des ressources naturelles dans ces régions d’Afrique s’exerçant abondamment.

Source : 20 minutes
Plus d'articles
Dernières news