Alexandre Benalla placé en détention provisoire

Par
2 345
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Hier soir, l’ancien chargé de mission à l’Élysée, Alexandre Benalla, et l’ancien responsable de la sécurité de La République en Marche, Vincent Crase, ont été placés en détention provisoire après une nouvelle audition.

Le juge des libertés et de la détention a décidé de les placer en détention provisoire avec mandat de dépôt. Les deux hommes auraient failli à leur contrôle judiciaire, durant lequel ils n’étaient pas supposés entrer en contact après leur mise en examen.

Le 31 janvier dernier, le site d’informations Mediapart avait publié des extraits d’enregistrements téléphoniques entre les deux hommes. Dans leur conversation, ils parlaient notamment des répercussions de cette affaire sur la société de sécurité de Vincent Crase, engagée dans un contrat avec un milliardaire russe, Iskander Makhmoudov, qui fait l’objet d’une enquête du parquet national financier.

Alexandre Benalla placé en détention provisoire. Crédit photo : Shutterstock / Boot1D

Dans ces extraits, on entendait également Alexandre Benalla se vanter de bénéficier du soutien infaillible d’Emmanuel Macron, ne montrant que peu d’inquiétudes sur son sort.

Suite à l’annonce de leur mise en détention provisoire, l’avocate d’Alexandre Benalla, Me Jacqueline Lafont, a fait part de sa colère sur LCI : « Il n’a rien à faire en prison. Il a 27 ans, il a un bébé de six mois. Il a fait deux gardes à vue (…) Je suis en colère quand la justice ne fonctionne pas ».

De son côté, toujours sur LCI, l’avocat de Vincent Crase a confirmé qu’il allait « contester et plaider rapidement pour demander sa remise en liberté ». Une demande qui devrait être examinée d’ici vendredi. En attendant, dans leur cas, les deux hommes pourraient restés quatre mois maximum en détention tandis que la commission d’enquête sénatoriale dévoilera aujourd’hui ses conclusions sur cette affaire.

VIDEO : La carte de la canicule affiche aujourd'hui une véritable tête de mort
Alexandre Benalla Elysée Emmanuel macron
Commentaires