Le gouvernement recule et annonce l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants

Par
4 796
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Hier soir, l’Élysée a décidé d’annuler l’augmentation de la taxe sur le carburant pour l’année 2019.

Ce mardi, Édouard Philippe avait annoncé un moratoire de 6 mois sur la hausse de la taxe sur les carburants. Coup de théâtre, le lendemain, l’Élysée a communiqué l’abandon pur et simple de l’augmentation initialement prévue au 1er janvier. Un geste fort à trois jours d’une mobilisation à haut risque des gilets jaunes.

Abandon de l’augmentation sur les carburants

Au moment où l’Assemblée nationale achevait sa cinquième heure de séance et s’apprêtait à voter le moratoire de 6 mois, qui n’avait ni convaincu l’opposition ni les gilets jaunes, l’Élysée a annoncé l’abandon de la hausse des carburants. « Le président a compris que cette notion de moratoire était considérée par les gens comme une demi-mesure, et il a considéré qu’on n’avait pas le droit de laisser entendre cela. Il fallait aller un cran plus loin », explique l’un des plus proches conseilleurs du chef de l’État.

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a par la suite rapporté sur le plateau de BFM TV, la conversation qu’il a eu avec le président sur les hausses des taxes sur les carburants. « Il m’a dit 'les gens ont eu l’impression qu’il y avait une entourloupe, qu’on leur disait c’est une suspension mais hop, ça reviendra après'». Comme ça, il n’y a pas d’entourloupe », a-t-il précisé.

Le président et le premier ministre se sont accordés pour supprimer la taxe carbone prévue dans le budget 2019. Ainsi, le débat citoyen et parlementaire des semaines à venir permettra de trouver des solutions pour répondre aux enjeux de la transition écologique.

L’Élysée écarte tout recul sur l’impôt de solidarité sur la fortune

Le chef de l’État a précisé qu’il écartait tout recul sur l’impôt de solidarité sur la fortune, ciblé par les gilets jaunes. « Nous ne détricoterons rien de ce qui a été fait depuis dix-huit mois », a expliqué le Président en Conseil des ministres. « Comme prévu si l’IFI n’est pas efficace on regardera comment adapter le dispositif mais il n’y aura pas de retour à l’ISF » a déclaré l’Élysée à France Info.

Par ailleurs, le palais qualifie l’initiative personnelle de Marlène Schiappa de rétablir l’impôt sur la fortune comme « malvenue et incongrue », tout en renouvelant sa confiance à « une combattante loyale ».

À deux jours de « l’acte 4 » des gilets jaunes qui semble être le tournant du mouvement, le gouvernement tente d’apaiser la colère de ces derniers.

Source : France Info
Commentaires