Considérée comme la plus importante plateforme de contrebande d'or blanc, Hong Kong a voté l'interdiction du commerce d'ivoire d'ici 2021

Par
2 269
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Hong Kong a pendant longtemps été au cœur du marché de contrebande de l'ivoire. Une réalité qui sera bientôt un lointain souvenir, grâce à l'interdiction des ventes d'or blanc, ce mercredi 31 janvier.

Crédit image : shutterstock.com / Svetlana Foote

Remportée à la majorité, l'interdiction votée par les députés de Hong Kong ce mercredi 31 janvier entrera en vigueur en 2021. Une victoire qui est en passe d'assurer la pérennité des éléphants, menacés depuis des années sur ce territoire.

En 2017, cette même interdiction était entrée en vigueur en Chine, donnant aux défenseurs de l'environnement une totale satisfaction. « Fermer ce marché massif va fournir une possibilité de survie aux éléphants », a commenté lors d'un communiqué Bert Wander, de l'ONG internationale Avaaz.

« Hong Kong a toujours été au 'cœur des ténèbres' pour ce qui est du commerce de l'ivoire avec 670 tonnes de stocks lorsque le commerce international avait été interdit en 1989 ».

Mais pour le moment, Hong Kong n'interdit pas la vente d'or blanc issu de stocks d'ivoire autorisés et officiels constitués après l'interdiction internationale de ce même commerce en 1990. Normalement à destination de marchés isolés, ces stocks « autorisés » ne sont néanmoins pas vus d'un bon œil par les organisations non gouvernementales, qu'elles accusent de n'être qu'un étendoir profitable aux trafiquants d'ivoire, laissant aux éléphants très peu de chances de survie.

Considéré comme un vote historique, c'est une mesure qui s'avérait être nécessaire. En effet, en juillet dernier, les autorités Hong Kong avaient saisi pas moins de sept tonnes d'ivoire. Le tout pour une valeur de sept millions d'euros, constituant la plus importante saisie enregistrée depuis trente ans. Des mois avant que ce vote voit le jour, les députés se sont entendus rapporter des faits de meurtres et d'agressions contre des gardiens parcs africains. Tués par balles ou noyés, ces derniers ont été les dommages collatéraux d'un marché qui peut rapporter jusqu'à 100 000 euros par animal.

Les contrevenants verront une augmentation de peine importante. Ils devront payer une amende de 10 millions de dollars hongkongais (un million d'euros) et encourir dix ans de réclusion. Les marchands d'or blanc se sentent, eux, en position de faiblesse et sont en colère car ils se voient privés d'une source de revenus importante. Ils exigent alors d'être dédommagés, ce qui n'est pas prévu par l'amendement.

Source : BFM
Ivoire éléphants Hong kong
Commentaires