Avec cette borne de fusils en libre-service, les « anti-gun » jouent la carte de la provocation pour mieux dénoncer l'épidémie d'armes à feu aux États-Unis

Par
533
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Un faux distributeur de fusils d'assaut a été installé le jeudi 10 mai à Chicago, aux pieds du gratte-ciel Daley Plaza. Cette action coup de poing a été orchestrée par une agence de communication et une association de lutte contre la violence armée. L'idée est de provoquer la réflexion des Américains vis-à-vis de la question des armes à feu dans le pays.

La station de fusils d'assaut suscite la curiosité des passants. Crédits : Capture d'écran Twitter

Et s'il était bientôt aussi simple de se procurer une arme qu'un vélo  ? C'est cette question que pose la borne de fusils en libre-service mise en place le 10 mai dernier à Chicago et retirée depuis. Avec ses allures de station Vélib, elle alerte sur la facilité d'accès à une arme aux États-Unis.

Rassurez-vous toutefois, ces dix AR-15 sont factices. L'action est purement symbolique et a pour objectif de sensibiliser les Américains au phénomène de propagation d'armes à feu dans le pays.

L’œuvre d'art intitulée « Chicago Gun share program » est le fruit d'une collaboration entre l’agence de communication The Escape Pod et le Brady Center, l’une des plus importantes associations de lutte contre la violence armée aux États-Unis. « Le but est d’entamer une conversation sur la violence armée et les lois sur les armes », a écrit le Brady Center sur Twitter.

Il faut dire qu'il s'agit d'un sujet brûlant dans la société américaine, et d'autant plus depuis l'élection de Donald Trump, fervent défenseur des armes à feu. Plusieurs événements récents ont relancé le débat autour du contrôle des armes. L'un des plus marquants restera celui du 24 mars 2018, date à laquelle s'est tenue la plus grande manifestation contre les armes de l’histoire des États-Unis, la « Marche pour nos vies », au lendemain de la tuerie de Parkland durant laquelle 17 adolescents sont morts.

« Cette question concerne particulièrement Chicago, car notre ville souffre plus que d’autres de la violence armée », a assuré auprès de CNN Max Samis, porte-parole du Brady Center.

L’année dernière, plus de 600 personnes seraient ainsi mortes de blessures par balle à Chicago. Dans son dernier rapport sur la mortalité aux États-Unis, le Centre fédéral de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a recensé 36 252 morts par arme à feu en 2015. Il s’agit souvent de suicides (plus de 22 000) mais le rapport fait aussi état de 12 979 homicides.

Source : CNN 
Commentaires