Atteinte de trisomie 21, Éléonore Laloux est candidate aux municipales à Arras

10Kpartages

Dans la ville d’Arras, une femme atteinte de trisomie 21 est candidate aux élections municipales. Une première en France.

Eléonore Laloux est un modèle de réussite. La jeune femme, âgée de 34, est la première candidate atteinte de trisomie 21 à se présenter aux élections municipales en France. Le maire sortant a annoncé sa candidature vendredi dernier : « Il y a 2 ans, j’avais eu une discussion avec Eléonore en lui disant « au regard de tout ce que tu fais pour la ville, as-tu déjà pensé à être candidate avec moi pour les élections municipales ? ».

Une offre que la jeune femme a tout de suite accepté : « Le maire me fait confiance parce qu'il sait que je suis une jeune femme déterminée, qui aime la vie. Je sais ce que je veux, j'ai un tempérament de fou, mais je suis contente qu'il m'accepte telle que je suis. »

Si elle est élue, Éléonore souhaite faire évoluer le regard sur la trisomie 21 de mettre un terme aux préjugés. Un combat qu’elle mène depuis plusieurs années. Eléonore Laloux est le porte parole du Collectif les Amis d’Éléonore. Créé en 2010, le collectif s’engage à « intervenir auprès des pouvoirs publics pour que soient respectés les droits et la dignité des personnes atteintes de trisomie 21 ».

La jeune femme possède plusieurs cordes à son arc : en 2014, son livre Triso et alors ?, est publié. Dans ce dernier, l’écrivaine décrit sa lutte contre la stigmatisation de sa maladie. Aujourd’hui, Éléonore est parfaitement autonome. Elle habite seule dans son appartement à Arras dans lequel elle « cuisine et checke ses mail ». La jeune femme tient énormément à son indépendance : « J'aime bien me sentir débrouillarde ». Elle occupe un emploi depuis 14 ans en tant qu’agent administratif dans un hôpital privé.

 Crédit : Denis Charlet / AFP

Tout au long de sa vie, elle a bénéficié du soutien sans faille de ses parents qui l’ont scolarisée dans une école ordinaire. Maryse et Emmanuel Laloux, les parents d’Éléonore, se sont toujours battus pour l’intégration de leur fille : « On a toujours voulu qu'Éléonore, née différente, puisse vivre comme tout le monde », explique son père.

Il rajoute que les gens doivent traiter Éléonore comme une personne normale : « Quand on regarde une personne par ses incompétences ou sa déficience, elle va se comporter comme une personne déficiente. Alors que si on porte le regard sur ses compétences, elle peut développer ses capacités ».

Ses capacités, Éléonore les utilise dans la politique. Et ce monde ne l’effraie pas du tout. Le 21 mars 2016, lors de la journée mondiale de la trisomie 21, la jeune femme a rencontré Ségolène Neuville, Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion. Elle a également été reçue à l'Elysée pendant le quinquennat de François Hollande. Elle intervient régulièrement dans les médias. 

Véritable représentante des personnes victimes du syndrome de Down, Éléonore se bat sans relâche pour faire valoir ses droits et son intégration dans son entièreté.

Source : L'Express
Plus d'articles