« Ce n'est pas aux citoyens de remercier le personnel », l'opposition critique le vote du « don de congés » aux soignants

5 644partages

C’est une décision au mieux maladroite, au pire « hors sujet », pour reprendre des termes entendus ici ou là sur les bancs de l’hémicycle.

Les députés ont voté mardi soir une proposition de loi LREM permettant aux salariés de faire des dons de congés, sous la forme de chèques vacances, pour les personnels soignants, en première ligne durant la crise sanitaire du coronavirus.

Un projet loin de faire l’unanimité, notamment au sein de la gauche qui fustigé le contenu du texte, adopté en première lecture avant son examen au Sénat.

Crédit photo : ricochet64 / Shutterstock

Ce « n’est pas aux citoyens de remercier les personnels, mais à l’État »

Pourtant, selon le rapporteur du projet Christophe Blanchet (député LREM du Calvados), la mesure permettrait à la « solidarité des Français de s’exprimer » car elle « monétise des jours de repos des salariés sous forme de chèques vacances pour les soignants ».

Néanmoins, l’élu normand a tenu a rappeler que ce dispositif ne « se substitue pas aux mesures de grande ampleur nécessaires pour donner davantage de moyens » à l’hôpital public.

« Cet acte de générosité permettra dans le même temps de contribuer à la relance du secteur du tourisme très fortement affecté » par l’épidémie de coronavirus, a pour sa part indiqué la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Le son de cloche est évidemment différent dans les rangs de l’opposition, à commencer par le député socialiste des Landes Boris Vallaud qui parle de « malaise » et d’une proposition de loi « inaboutie » qu’il juge « hors-sujet », alors que l’hôpital public est en crise.

Pour Caroline Fiat, députée LFI de Meurthe-et-Moselle et elle-même aide-soignante, ce « n’est pas aux citoyens de remercier les personnels, mais à l’État ». L’élue préférerais que ‘on propose aux Français de « poser un jour de RTT » pour « manifester » le 16 juin, à l’occasion de la journée de mobilisation de syndicats et collectifs hospitaliers.

« Vous croyez que parce que vous allez offrir des chèques vacances, vous allez faire oublier la gestion de la crise », a pour sa part lancé le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan.

Vous l’aurez compris, le débat reste vif et la mesure ne suffira à apaiser la colère liée à cette crise sanitaire que l’on traverse.

Source : AFP
Plus d'articles