Cet homme de 62 ans dédie sa vie à s'occuper des enfants en fin de vie

Par
22 635
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Si l’humanité avait un visage, elle aurait sans doute celui de Mohamed Bzeek. Cet homme de 62 ans, résident de Los Angeles aux États-Unis, a dédié sa vie à s’occuper des enfants en phase terminale.

La ville de Los Angeles abrite bel et bien des anges. L’un d’eux, Mohamed Bzeek, est connu pour soigner des enfants malades en phase terminale. L’homme sait que ces enfants vont mourir mais il n’a pas peur de la mort. Certains la fuient et abandonnent leur enfant pour ne pas l’affronter.

Mohamed ne supporte pas l’idée que ces enfants n’aient pas famille, ni de maison permanente. Si l’homme ne s’en occupait pas, ces enfants passeraient leur fin de vie en institution ou sur un lit d’hôpital sans recevoir aucune visite.

Dans une vidéo destinée au site de collectes de fonds participatives gofundme, l’homme s’affiche avec sa petite fille adoptive qui, grâce à lui, a pu fêter ses 6 ans. Atteinte d’une maladie rare touchant son cerveau, la petite fille est également sourde et muette.

Mais cela n’empêche pas son papa adoptif de communiquer avec elle, il sait que même si elle ne le voit pas ou ne l’entend pas, elle peut ressentir comme n’importe quel être humain.

Crédit photo :Los Angeles Times

S’occuper de ces enfants auxquels personne ne pense, c’est un combat tout d’abord mené par la femme de Mohamed. Avant qu’il la rencontre, Dawn Bzeek avait ouvert un abri d’urgence pour les enfants ayant besoin d’un placement immédiat.

Plus tard, le couple a ouvert sa maison à des dizaines d’enfants et ils ont enseigné des cours sur la parentalité d’accueil, la maladie et la mort d’un enfant.

Après s’être occupé d’enfants souvent malades, le couple a décidé de ne s’occuper uniquement que des enfants en phase terminale dont personne ne voulait prendre soin.

Pour Mohamed, la clef est de les aimer comme ses propres enfants, même s’il sait que ces enfants sont malades et condamnés, il tente chaque jour d’embellir leur quotidien.

Crédit photo : gofundme

En 1997, Dawn et Mohamed ont eu un enfant, Adam, atteint de nanisme et d’une maladie osseuse qui le rend particulièrement fragile.

Adam a aujourd’hui 19 ans, il étudie l’informatique au Citrus College et même s’il est le plus petit de ses camarades, il est sans aucun doute celui qui a le plus la niaque !

Dans les années 2000, la femme de Mohamed qui s’était tant occupée des enfants malades, est tombée malade à son tour. L’affaiblissant de jour en jour, la maladie de la femme aura eu raison de leur mariage.

En 2013, le couple divorce. Un an plus tard, Dawn succombe à sa maladie laissant ainsi à Mohamed le combat de toute une vie.

Crédit photo : Los Angeles Times

Des combats, Mohamed en a connu. En 2016, on lui diagnostique un cancer du côlon qui le fait souvent se déplacer à l’hôpital. Sans sa femme à ses côtés et sans son fils, il se rend compte de la solitude que peut ressentir un enfant malade.

Après cette expérience, l’homme en ressort encore plus déterminé pour aider ces enfants.

L’histoire de Mohamed a inspiré et touché beaucoup de monde dont une femme Margaret Cotts qui a décidé de lancer une collecte de fonds sur Gofundme. Cette collecte lancée il y a 5 mois était destinée à aider financièrement l’homme afin qu’il puisse installer le matériel dont il a besoin pour s’occuper des enfants qu’il reçoit.

Crédit photo : medium

Avec un objectif initial fixé à 100 000 dollars (84 790 euros), la somme récoltée a dépassé toutes les attentes de Margaret Cotts puisque la participation massive a permis de recueillir 502 289 dollars (425 892 euros) !

Avec cet argent, Mohamed a pu équiper sa maison, changer de camionnette pour un véhicule accessible aux fauteuils roulants, offrir des études à son fils et enfin embaucher une infirmière pour pouvoir se reposer de temps en temps.

Une belle leçon d’humanité et d’humilité qui nous amène à réfléchir sur la façon dont nous devons profiter des moindres instants que nous offre la vie. 

Commentaires