Ces dessins expliquent aux parents quelles solutions adopter pour lutter contre les violences éducatives ordinaires

526partages

À travers un jeu de cartes ludique, la Fondation pour l’enfance et l’AFPA alertent sur les violences éducatives ordinaires.

Ce mercredi 23 juin, la Fondation pour l’enfance a lancé sa campagne de sensibilisation contre les violences éducatives ordinaires via un jeu de cartes ludique. Son objectif ? Prôner une éducation « bienveillante et positive ».

À voir aussi

Cette appellation, encore méconnue par un grand nombre de parents, désigne les violences physiques telles que les fessées, les gifles, les claques ou encore les secouements. Elle regroupe également les violences psychologiques comme les cris, l’humiliation, les menaces ou le chantage affectif.

Les violences éducatives ordinaires sont interdites par la loi

Dans l’Hexagone, 80% des parents ont recours à ces «méthodes» pour punir leur enfant alors que ce type de violence est interdit par la loi depuis 2019 (loi anti-fessée).

Pourtant, selon une étude menée par l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), 33% des parents ne sont pas au courant que les violences éducatives ordinaires sont interdites en France. Enfin, 36% des personnes interrogées ignorent leur existence.

C’est pourquoi la Fondation pour l’enfance et l’AFPA ont conçu un jeu ludique destinés aux parents. À travers ce jeu cartes, les deux associations proposent des solutions alternatives pour lutter contre les violences éducatives ordinaires.

Le président de l’association, Vincent Dennery, explique au Parisien que la campagne vise à accompagner les parents : « Nous ne voulons pas culpabiliser les parents mais les aider à changer leur comportement ».

Les deux organismes ont imaginé dix situations courantes auxquelles les parents sont susceptibles de réprimander leur enfant par la force. Chaque illustration est accompagnée d’une solution à adopter pour éviter que cela se produise.

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA

Crédit Photo : AFPA