Dessiner sur sa peau pour ne pas s'automutiler, une thérapie originale mais efficace

Par
20
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Une jeune femme qui s'automutilait depuis des années a trouvé un excellent remède aux blessures qu'elle s'infligeait en... dessinant sur sa peau plutôt que de la scarifier.

L’automutilation est une forme incomprise de trouble mental qui toucherait une personne sur 5 dans le monde. Les sévices que certains s’infligent peuvent parfois s’avérer dramatiques et laisser des cicatrices indélébiles sur la peau mutilée.

Et contrairement aux idées reçues, bien souvent, les personnes qui s’automutilent ne se font pas souffrir à causes de pulsions suicidaires mais au contraire pour avoir la sensation d’exister, de se sentir en vie.

En effet, il faut savoir que, paradoxalement, l’acte de mutilation en lui-même libère des endorphines, ce qui peut par ailleurs expliquer pourquoi beaucoup ne peuvent pas s’en empêcher car ils développent une forme d’addiction morbide.

Toutefois, la pratique n’en reste pas moins dangereuse et il est bien souvent difficile de traiter des patients qui souffrent de cette pathologie.

C’est pourquoi certaines personnes n’hésitent pas à partager leur expérience en racontant notamment comment elles arrivent à surmonter leurs troubles, avec parfois des thérapies aussi originales qu’efficaces.

C’est notamment le cas d’une jeune fille – dont on ignore le nom – qui a récemment expliqué sur Internet qu’elle s’était mise à dessiner sur les parties de son corps qu’elle avait l’habitude de mutiler.

Crédit : a-better-m-e

Une idée qui lui a été soufflée par son thérapeute et qui, de son propre aveu, « fonctionne », comme le montre son témoignage ci-dessous.

Crédit : a-better-m-e

Et l’intéressée d’encourager d’autres personnes à essayer cette thérapie novatrice. « Je la recommande vraiment », déclare-t-elle en effet, tout en prenant soin d’avertir ceux qui souhaiteraient franchir le pas car il existe un risque, nécessitant une petite précaution : « Veillez à bien utiliser un marqueur et non pas un stylo car les mines de stylos peuvent vous blesser », précise-t-elle ainsi.

Preuve qu'il existe - n'en déplaise à certains médecins réfractaires aux médecines alternatives - de nombreuses possibilités pour apaiser certains maux, même les plus originales.

Le gouvernement réfléchirait à l'idée d'autoriser la chasse de 36 000 oiseaux menacés
Troubles mentaux Dessin
Commentaires