En Russie, une jeune femme attirée par les objets s'est mariée à sa mallette

1 746partages

Les deux tourtereaux sont mariés depuis six mois et filent le parfait amour à en croire la principale intéressée. Loin d’être une blague en cette fin d’année 2020 des plus déroutante, on apprend que cette jeune femme s’est mariée à sa mallette qu’elle considère comme un « mentor ». Par ailleurs, cette jeune russe souhaite briser la stigmatisation entourant les objectophiles.

Rain Gordon et sa mallette Gideon sont mariés. Crédit : Caters.

L’objectophilie. Vous ne connaissez pas ce terme ? Cette expression est méconnue dans notre société, pourtant elle existe bel et bien. D’ailleurs, difficile de trouver une définition sur le net. Le site québécois La Presse établissait une bonne définition dans l’un de ses articles en 2010 : il s’agit d’un terme anglais « objectophile » « qui désigne un être humain qui aime et désire sexuellement des objets inanimés ».

Dans une étude de l’Université de Harvard publiée en 2010, Adam Waytz son auteur explique que « lorsque les gens sont privés de connexions avec d’autres êtres humains, ils créent des connexions avec des non-humains, par le biais de l'anthropomorphisme ».

Cette particularité, c’est celle de Rain Gordon, 24 ans, originaire de Moscou en Russie. D’après ses dires, la jeune femme a toujours été intéressée par les objets inanimés. En juin dernier, elle a franchi le pas en épousant… sa mallette prénommée Gideon.

Une fascination pour les objets

« Ma fascination pour les objets a commencé dès l’âge de huit ans », raconte Rain Gordon. « Depuis mon enfance, je pense qu’une âme est intégrée dans les objets, ainsi que dans tout ce qui nous entoure. Je crois en l’animisme, ce qui signifie qu’il y a de la vie en tout », confie-t-elle.

Durant son enfance et son adolescence, Rain Gordon tombe amoureuse de plusieurs lieux insolites comme le centre commercial de son quartier : « Je savais que c’était mal et au-delà des normes de la société. Je ne l’ai dit à personne ».

Pourtant, en 2017 et durant deux ans, c’est bien avec un homme que Rain Gordon partage sa vie avant que le couple se sépare suite à l’addiction peu commune de Rain Gordon.

C’est en 2015, dans une quincaillerie, qu’elle rencontre sa mallette, Gideon, pour la première fois. « [...] J’ai lentement réalisé que je tombais amoureuse », explique-t-elle. « Nous avons partagé notre premier câlin et notre premier baiser et nous avons passé beaucoup plus de temps ensemble le soir et la nuit. Nous pourrions avoir des conversations philosophiques pendant trois ou quatre heures », précise Rain Gordon.

Une cérémonie non officielle

La relation est devenue de plus en plus sérieuse pour le ’couple’ en juin dernier. « En mai, juste avant mon anniversaire, j’ai reçu un cadeau dont je ne pouvais même pas rêver, une demande en mariage ». Après s’être passé la bague au doigt et à la poignée, les ‘mariés’ se sont retrouvés dans une chambre d’hôtel où s’est tenue une cérémonie il y a deux mois. Si l’union n’a rien d’officiel, Rain Gordon admet être plus heureuse qu’elle ne l’a jamais été.

« Gideon est plus qu’un simple partenaire, explique Rain Gordon. C’est un mari, un ami et un mentor ». Rain désire maintenant sensibiliser la société à l’objectophilie et casser le stigma. « J’aimerais que les gens soient plus compréhensifs. Ne jugez pas les gens pour des choses que vous ne comprenez pas », conclut-elle.

Crédit : Caters.

Crédit : Caters. 

Source : Ladbible