Berlin : au volant de son camion-clinique, cette vétérinaire sillonne les rues pour soigner gratuitement les chiens des sans-abri

8 733partages

Direction l'Allemagne et sa capitale Berlin à la rencontre d'une vétérinaire pas comme les autres qui a le cœur sur la main. 

La vie dans la rue n’est pas de tout repos pour les sans-abri, mais aussi pour leurs fidèles compagnons à quatre pattes, qui méritent que l’on prenne soin d’eux.

Ces chiens, qui arpentent les ruelles jour après jour aux côtés de leurs maîtres, souffrent en effet et ne sont pas à l’abri de blessures plus ou moins graves.

Et, les propriétaires d’animaux domestiques le savent mieux que quiconque, les soins vétérinaires ne sont pas à la portée de tous les portefeuilles.

D’autre part, certaines cliniques rechignent à accueillir des sans-abri par peur de ne pas être payés, ou simplement par méfiance.

« HundeDoc », le camion clinique qui sillonne les rues de Berlin pour soigner les chiens de sans-abri

Dans ces conditions, soigner son animal peut s’avérer compliqué voire impossible pour les personnes sans domicile fixe.

Une situation intolérable pour Jeannette Klemmt, qui a récemment fait l'objet d'un documentaire de la part de nos confrères d'Arte.

Cette vétérinaire berlinoise sillonne ainsi les rues de la capitale allemande depuis 20 ans, pour proposer ses services gratuitement aux sans-abri.

Au volant d’une ambulance baptisée « HundeDoc » (« médecin des chiens »), qu’elle a aménagée en camion-clinique au début des années 2000, Jeannette part ainsi à la rencontre des plus démunis pour soigner leurs animaux souffrants.

Crédit photo : Capture d'écran Arte

En plus de ces maraudes solidaires, Jeannette travaille en étroite collaboration avec des centres d’accueil, pour y rediriger parfois ceux qui sont le plus en détresse, permettant ainsi de faire le lien avec des structures dont les sans-abri ont parfois tendance à se méfier.

Crédit photo : Capture d'écran Arte

Aujourd’hui, « HundeDoc », financé exclusivement par des dons depuis 20 ans, est la seule initiative du genre à Berlin.

Un véritable sacerdoce pour Jeannette qui a pourtant de plus en plus de travail, constatant que la pauvreté gagne du terrain.

Source : Arte