Un couvre-feu sera-t-il instauré pour lutter contre la deuxième vague tant redoutée ?

634partages

Tous les voyants sont au rouge sur le front de l'épidémie de Covid-19 et la question de restrictions supplémentaires se pose désormais. Un couvre-feu sera-t-il instauré ? Éléments de réponse.

À la veille de l’entretien très attendu d’Emmanuel Macron et alors que la situation sanitaire se dégrade de jour en jour, les spéculations vont bon train quant aux nouvelles mesures sanitaires que le président s’apprête à annoncer.

Si l’on ignore encore ce que ce dernier prévoit, un nouveau tour de vis - notamment dans les grandes métropoles - apparaît désormais comme inévitable.

Crédit photo : NeydtStock / Shutterstock

Vers un couvre-feu pour tenter de contrer la propagation du virus ?

L’exécutif, qui souhaite éviter à tout prix un second confinement pour des raisons évidentes, n’a cependant guère de marge de manœuvre et son choix restreint pourrait bien se porter sur le couvre-feu.

Une telle hypothèse a en effet pris de l’épaisseur ces dernières heures car elle représenterait le parfait compromis aux yeux du gouvernement, qui y voit là une mesure intermédiaire, à mi-chemin entre un reconfinement brutal et les règles sanitaires actuellement en vigueur.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cette hypothèse est évoquée, comme l’a rappelé le cardiologue Alain Ducardonnet.

« On sait que le conseil scientifique a préconisé ce couvre-feu dès le 22 septembre. Quel est l’objectif ? Réduire la circulation des individus, en particulier les fêtes nocturnes, des moins de 40 ans. Ça a aussi un effet psychologique, le couvre-feu ça évoque un peu la guerre. Ça correspond déjà à ce qui se passe en Guyane, et ça semble donner des résultats favorables », a ainsi expliqué le médecin sur le plateau de BFM TV.

Si une telle mesure venait à être appliquée, il est évident qu’elle serait avant tout destinée à canaliser les plus jeunes, qui sont de plus en plus touchés par le Covid-19.

Selon l’ARS d’Île-de-France, le taux d’incidence du virus pour les 20/29 ans dépasse ainsi les 800 cas pour 100 000 individus, soit 16 fois plus que le seuil d’alerte, fixé à 50 cas pour 100 000 habitants.

Il faut néanmoins garder à l’esprit que la mise en place d’un couvre-feu pourrait se heurter à plusieurs obstacles, notamment en matière de droit. D’autre part, le choix des heures s’avère crucial car un couvre-feu n’aura pas le même impact suivant le créneau horaire choisi.

Beaucoup de questions demeurent donc encore en suspens.

Pour rappel, depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, plusieurs communes, dont Colombes et Mulhouse en France, mais aussi Melbourne (Australie), Anvers (Belgique) ou encore Berlin (Allemagne) ont franchi le pas et instauré un couvre-feu.

Plus d'articles