Covid-19 : un confinement sept jours sur sept en Île-de-France ?

833partages

Un reconfinement toute la semaine en Île-de-France, avec maintien de l'ouverture des écoles, serait envisagé par le gouvernement pour tenter de réguler l'épidémie de Covid-19 et éviter ainsi la saturation des hôpitaux. Précisions.

À mesure que journées se passent, la question d’un reconfinement strict dans certaines régions, dont l’Île-de-France, apparaît inexorable tant l’exécutif peine à contenir ce qui ressemble de plus en plus à une « troisième vague » de Covid-19.

La situation sanitaire est telle que l’on en vient à se demander non pas si un confinement sera décidé mais bien quand va-t-il être instauré ?

Crédit photo : Javier Pina / Shutterstock

Un confinement sept jours sur sept en Île-de-France ?

Après avoir longtemps retardé l’échéance, Emmanuel Macron se trouve désormais dans l’expectative ! Un retour à des restrictions dures et proches de celles instaurées au printemps 2020 n’est donc plus à exclure.

Comme il a pris l’habitude de le faire pratiquement chaque mercredi, le président de la République a ainsi réuni un nouveau Conseil de défense sanitaire ce matin à l’Élysée pour décider du sort de l’Île-de-France, où le taux d’incidence du virus est désormais supérieur à 400, soit le seuil limite fixé par Jean Castex.

Ce dernier a d’ailleurs plus ou moins préparé le terrain mardi soir à l’occasion d’une interview accordée à nos confrères de BFM, dans laquelle il a notamment déclaré que « le moment (était) venu pour envisager des dispositions pour la région francilienne ».

Si l’on en croit la chaîne d’information, deux options seraient envisagées par le gouvernement.

D’abord un confinement le week-end calqué sur ce qui a déjà été mis en place dans le Pas-de-Calais, le Dunkerquois (Nord) et le littoral des Alpes-Maritimes.

La seconde option, la plus sévère, serait un nouveau confinement de la population, sept jours sur sept, tout en maintenant toutefois les établissements scolaires ouverts.

Un an jour pour jour après la mise en place du premier confinement national, la population francilienne peut donc s’attendre à revivre des instants qu’elle aurait certainement préféré oublier.

Source : BFM