Un Café Joyeux ouvre ses portes à Bordeaux et emploie uniquement des personnes trisomiques et autistes

40Kpartages

À Bordeaux, un quatrième Café Joyeux va ouvrir ses portes le 3 mars prochain afin de valoriser des personnes atteintes de trisomie 21 et d’autisme.

Rendre visible ce qui est invisible est la démarche de ce concept. Comme dans les autres coffee shop solidaires situés à Paris et à Rennes, les employés de cette nouvelle enseigne, située à Bordeaux, serviront les clients. Se battre pour l'inclusion des personnes handicapées est la démarche de Yann et Lydwine Bucaille Lanrezac, les fondateurs des Cafés Joyeux.

 Crédit: Café Joyeux

Depuis quelques années, ils n’ont pas hésité à confier le service en salle et la préparation des plats à des personnes souffrant de trisomie 21 et d'autisme. Dans ce nouveau restaurant, l’équipe sera composée de 14 employés polyvalents. En effet, ils travailleront à l’accueil, au service, à la caisse ou encore en cuisine. Les équipiers seront encadrés par des professionnels tels qu’un manager, un manager adjoint et un employé en cuisine, qui les guideront quotidiennement dans leurs tâches. 

Crédit: Café Joyeux

Les clients pourront s’attabler et commander de bonnes choses à déguster dans une ambiance « joyeuse ». Le café proposera au menu des produits faits maison et de saison. Le coffee shop est situé dans le centre ville de Bordeaux, en face du Starfish et de La Cueva, deux bars très fréquentés par la jeunesse bordelaise. Ce concept est une manière de faire évoluer le regard sur ces maladies et de mettre un terme aux préjugés qui empoisonnent la vie des personnes handicapées.

Avant d’ouvrir sa chaîne de restauration, Yann Bucaille Lanrezac avait lancé en 2012 un projet associatif baptisé Émeraude Voile Solidaire. Il organisait avec son épouse des sorties en mer avec des handicapés, malades, SDF, prisonniers et prostituées. Pendant une sortie en mer, il fait la rencontre d’un jeune homme autiste. Ce dernier lui déclare qu’il veut travailler et lui demande de lui trouver un emploi. Malheureusement, Yann lui répond que c’est impossible. Face à ce refus, le jeune homme laisse éclater sa peine et sa colère. Il affirme alors que cette situation n’est pas juste et qu’il peut être utile comme n’importe qui.

Crédit: Café Joyeux

À la suite de cette rencontre, le couple décide d’ouvrir un café employant uniquement des personnes trisomiques et autistes afin de favoriser leur intégration au sein de la société. L’objectif est également de rappeler que ces personnes sont capables de travailler comme des personnes « normales ».

Edwige de France, responsable de la communication de l’enseigne, rappelle que les équipiers de ce quatrième café joyeux débuteront dans le monde du travail : « Évidemment, il y a besoin de plus de temps pour être servi. Les équipiers découvrent le monde du travail pour beaucoup et ne sont pas dans le stress. Mais ils sont spontanés, heureux de travailler et ils le font avec beaucoup de joie et d’amour. »

Pour rappel, selon une étude del’Agefiph, le taux de chômage est plus de deux fois plus élevé chez les personnes handicapées que la moyenne française.

Source : Actu Bordeaux
Plus d'articles