Dans les Bouches-du-Rhône, une exploitation bio a été saccagée avec du glyphosate par des agriculteurs voisins

13Kpartages

Des producteurs bio ont découvert que leurs parcelles avaient été aspergées de glyphosate par des agriculteurs voisins. Cet acte a détruit 2 000 m2 de parcelles et a intoxiqué l'un des propriétaires.

Tristan et Oriane Arlaud ont une exploitation biologique à Puy-Sainte-Réparade, dans les Bouches-du-Rhône. Les deux agriculteurs ont débuté leur production avec 2 hectares. En 13 ans, ils ont agrandi leurs terres et bénéficient actuellement de 20 hectares.

Publicité

Crédit photo : M. Coste / FTV

Malheureusement, cette réussite a attiré la jalousie des agriculteurs voisins. Depuis 4 ans, Tristan et Oriane sont confrontés à des agissements malveillants.

Récemment, leurs serres ont été détruites, aspergées de produits toxiques.

Des conséquences dévastatrices sur la production

Le 8 juillet, lorsqu'ils sont arrivés sur leur terrain, Tristan et Oriane ont constaté des dégâts sur leur production. 2 000 m2 de serres avaient été détruites, et il ne restait presque plus rien de leurs tomates, aubergines, courgettes et poivrons.

« Au moins quatre personnes ont lacéré et cisaillé nos serres. Deux tiers de la production sont impactés. Nous avons 6 000 euros de dégâts sur les serres », a déclaré Tristan Arlaud.

Ces dégâts représentent 15 ans de bénéfices de travail perdus.

Crédit photo : Les Jardins de Paradis

Quatre jours plus tard, les agriculteurs ont remarqué que leurs plantes commençaient peu à peu à mourir. Ils ont alors rapidement compris qu'elles avaient été aspergées de produits chimiques. En effet, 6 serres sur 9 ont été impactées.

Des analyses récentes ont permis d'identifier le produit : le glyphosate.

L'agriculteur intoxiqué au glyphosate

Pendant ces quatre jours d'ignorance, Tristan Arlaud a continué à travailler sur le terrain, mais sa santé s'est rapidement détériorée.

« Durant ce laps de temps, j'ai travaillé parfois avec un de mes employés dans les serres. Le premier jour, j'ai fait six heures consécutives dedans. Le produit est indolore et incolore donc je ne pouvais pas m'en rendre compte », a-t-il expliqué.

Crédit photo : M. Coste / FTV

L'agriculteur a perdu 7 kilos en l'espace de 10 jours. Il a dû se rendre deux fois à l'hôpital et a été dans l'incapacité de travailler pendant une semaine.

« Au bout de deux jours, j'avais moins d'énergie, des nausées, des vomissements. Pendant une semaine, mon cerveau n'arrivait pas à retenir ce qu'on me disait. J'ai été clairement intoxiqué », a affirmé la victime.

Les producteurs ont porté plainte

La dose de glyphosate aspergée sur les terres étaient beaucoup plus élevée que la normale.

« C'est 15 fois la dose autorisée pour un agriculteur normal. Nous n'en utilisons pas comme nous sommes en bio, seuls les agriculteurs utilisent ce produit dévastateur », a déclaré Tristan Arlaud.

En plus d'avoir endommagé la santé du producteur, certains consommateurs auraient également pu être malades. En effet, les commerçants ont vendu des tomates et des aubergines sans savoir qu'elles étaient polluées.

Crédit photo : M. Coste / FTV

Face à cet acte malveillant, les deux agriculteurs ont à nouveau déposé plainte.

« Ils subissent la jalousie d'agriculteurs voisins. Mais là, ça va plus loin. Il a été intentionnellement intoxiqué », a affirmé leur avocat, Maître Motemps.

Au total, le couple a perdu 35 000 euros de marchandise. Ils ne peuvent désormais plus produire d'agriculture biologique puisque leurs terres ont toutes été polluées. Pour les soutenir, une cagnotte en ligne a été créée.

Source : France 3
Plus d'articles