De nombreux chiens, achetés durant le confinement, sont abandonnés par leurs propriétaires

4 686partages

Pour avoir de la compagnie pendant le confinement, de nombreuses personnes ont décidé d'adopter un chiot. Malheureusement, depuis la fin de cette période, des centaines d'animaux sont abandonnées.

Pendant le confinement, de nombreuses personnes isolées ont décidé d'adopter un chien afin de leur tenir compagnie durant cette période difficile. Une fois le confinement terminé et le retour à la vie normale, les nouveaux propriétaires ont réalisé que s'occuper d'un chien n'était pas de tout repos, et que ces animaux demandaient beaucoup d'attention.

La revente sur internet

Ne pouvant plus s'en occuper, de nombreuses personnes ont décidé d'abandonner leurs chiots. C'est notamment le cas en Angleterre, où beaucoup de propriétaires se sont dirigés vers des refuges pour y laisser leur animal de compagnie.

Pendant les trois derniers mois, l'association The Dogs Trust a reçu plus de 1 800 appels téléphoniques pour signaler un abandon.

Crédit photo : Anna Hoychuk / Shutterstock

De nombreux chiens ont également été revendus sur internet, via des plateformes de vente de particulier à particulier. La majorité des animaux étaient des petits chiots de race âgés de moins d'un an.

Une adoption non réfléchie

Une enquête a été menée pour comprendre comment les propriétaires ont pu acquérir un chiot aussi facilement s'ils n'avaient pas envisagé de s'en occuper sur le long terme. Les chercheurs ont constaté que de nombreuses adoptions se sont faites auprès d'éleveurs qui n'ont pas prévenu les acheteurs des conséquences et les responsabilités qui suivent l'adoption d'un chien.

Crédit photo : Natalia Fedosova / Shutterstock

Pour justifier leur abandon, les propriétaires affirment ne plus avoir le temps de s'occuper de leur animal, à cause de la reprise de leur travail ou du changement du rythme de vie. Selon une étude, plus de 2 propriétaires de chien sur 5 ont avoué avoir adopté leur animal sur un coup de tête pendant le confinement, sans penser au futur.

Source : Wamiz
Plus d'articles
À lire aussi