Refusé par deux bus consécutifs, il en rattrape un en fauteuil roulant pour s'expliquer avec le chauffeur

Par
3 106
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Lundi 23 juillet 2018, Soumaïla Traoré, habitant de Pontoise handicapé des quatre membres depuis un accident ferroviaire à l’âge de deux ans, a souhaité prendre le bus, alors qu’il sortait d’un rendez-vous au Conseil régional. L’homme s’est toutefois heurté à deux refus de deux chauffeurs successifs qui ne lui ont pas permis de monter dans leurs véhicules respectifs. Déterminé, Soumaïla a choisi de poursuivre l’un des bus, qu’il a fini par rattraper en fauteuil roulant électrique afin de s’expliquer !

Soumaïla Traoré en 2016. Capture d'écran de la vidéo «Soumaïla Traoré, un exemple de courage à l’université de Cergy-Pontoise» du Parisien. 

Âgé de 39 ans aujourd’hui, Soumaïla Traoré est un exemple de courage. Ce Burkinabé avait fait l’objet d’une vidéo du Parisien il y a deux ans, dans laquelle il revenait sur son parcours extraordinaire. Privé de ses quatre membres, Soumaïla a quitté son pays d’origine pour venir en France, « le pays des droits humains », pour reprendre ses termes, où il est venu suivre des cours de droit à l’université de Cergy-Pontoise. Depuis, Soumaïla fait tout son possible pour améliorer de façon générale les conditions de vie de ceux qui, comme lui, sont handicapés, notamment en défendant leurs droits au quotidien.

Pas plus tard que lundi 23 juillet 2018, à Saint-Ouen, l’homme s’est vu refuser l’accès à deux bus de la même ligne, coup sur coup. Comme le rapporte Le Parisien, le premier bus de la RATP ne pouvait pas faire monter Soumaïla en raison d’un positionnement peu propice, ce qu’a reconnu également le principal intéressé. Le chauffeur lui a toutefois fait savoir qu’un autre bus se trouvait derrière lui, et que celui-ci pouvait le faire monter.

C’est alors que Soumaïla a eu la mauvaise surprise de voir ce deuxième véhicule ne pas daigner ouvrir ses portes, son chauffeur se contentant de lancer un « air désolé », avant de repartir. Ni une ni deux, l’habitant de Pontoise a décidé de le rattraper, en se lançant à sa poursuite dans son fauteuil roulant électrique.

Après deux arrêts sur la ligne, Soumaïla y est parvenu, et s’est positionné devant le véhicule de la RATP pour le bloquer, clamant qu’il était prêt à rester là une demi-heure, et exigeant que le chauffeur passe un coup de fil à ses supérieurs hiérarchiques. Le chauffeur du bus a finalement déployé la rampe d’accès, et Soumaïla a pu effectuer son trajet à bord du véhicule, après un courageux effort.

« En bloquant le bus, je voulais aussi faire comprendre aux passagers que je n’étais pas différent d’eux. Moi aussi, j’ai des activités, des heures de rendez-vous à respecter. Pourquoi eux pourraient-ils vivre normalement et pas moi ? Pourquoi étaient-ils tous indifférents au fait que je ne puisse pas monter dans le bus ? », a expliqué Soumaïla Traoré au Parisien.

La RATP s’est défendue en expliquant que la ligne 173, la ligne concernée, ne serait accessible aux personnes en fauteuil qu’à la fin de cette année. Les arrêts ne sont en effet, pour le moment, pas tous adaptés à ce que des personnes à mobilité réduite puissent monter dans les bus, et ce même si les véhicules disposent d’une rampe d’accès dédiée. L’organisme a précisé que si un chauffeur faisait monter une personne en fauteuil roulant dans son véhicule à un arrêt qui n’est pas conforme à ce type de manœuvre, alors il se rendait coupable de faute professionnelle.

DR / Le Parisien

D’ici 2021, toutes les lignes de bus parisiennes sans exception devraient être en mesure de transporter les personnes en fauteuil roulant. Ainsi, tout le monde sera logé à la même enseigne, et tout le monde pourra voyager en bus de la même manière, comme le souhaite Soumaïla Traoré qui, par son geste, par son action, par son courage, aura su attirer l’attention de tous sur les difficultés rencontrées par celles et ceux qui sont dans la même situation que lui, et qui sont malheureusement parfois oubliés.

C’est d’ailleurs pour changer ce fait qu’il dévoue toute son énergie à la défense des droits des personnes handicapés, à toutes les échelles, afin de leur permettre de vivre comme tout le monde. Une noble cause que nous ne pouvons qu'encourager.

Une médaille décernée aux jeunes adolescents qui avaient rendu 4 000 euros trouvés dans le RER
Source : Le Parisien
RATP Handicap Bus Transports en commun
Commentaires