Haenuli, artiste Coréenne, a vaincu sa dépression grâce à l'illustration. Découvrez ses dessins émouvants

Par
960
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Quelle est la première chose qui vous vient à l’esprit lorsque l’on vous parle de dépression ?

Probablement pas une vision exotique ni la chaleur des tropiques, mais plutôt un désert, du noir et/ou du vide ?

C’est en tout cas ce qu’a tenté de représenter Haenuli, designer et illustratrice Coréenne, marquée par sa rencontre avec « La Jeune Fille et la Mort » l’œuvre de l’artiste autrichienne Marianne Stokes au musée du Quai d’Orsay (Paris).

« C’est très intéressant de voir comment sont représentées la mort ou la dépression dans nos sociétés. Elles sont souvent dépeintes à travers des métaphores de différentes façons suivant les époques. » Elle-même ayant traversé des moments difficiles, les dessins d’Haenuli vont au-delà de la transcendance de ses propres maux. En effet, ils sont aussi pour elle le moyen de manifester une forme de lâcher-prise et d'acceptation : « J’étais réellement triste pendant plusieurs années et j’ai compris que la dépression faisait aussi partie de moi. C’est pour cela que j’ai commencé à dessiner. [Notamment à me représenter « en phase » avec ma part de tristesse]. »

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Haenuli

Vous pouvez retrouver le travail d’Haenulisur sa page Facebook, ou bien sur sa page internet.

 

En Alsace, le cheval d'un viticulteur poursuivi par des voisins, excédés par l'odeur de crottin et d'urine
Artiste Paris Depression
Commentaires