Des collégiens québécois portent des jupes pour dénoncer le code vestimentaire sexiste de leur établissement

15Kpartages

Au Quebec, des collégiens ont décidé de porter une jupe pour se rendre en cours . L'objectid ? Dénoncer le règlement vestimentaire sexiste de leur établissement.

Crédit Photo : Instagram

Pour lutter contre le sexisme qui sévit dans leur établissement scolaire, des collégiens québécois ont décidé de mettre une jupe. Une décision saluée par leurs camarades féminines.

À travers leurs actions, ils critiquent l’absurdité du code vestimentaire imposé dans certains collèges et lycées.

La jupe : signe de protestation contre le sexisme

Il y a cinq jours, Tom Ducret-Hillman est venu à l’école en jupe. Dans une publication Instagram, l’adolescent encourage ses camarades à suivre son exemple.

Le collégien rappelle que les vêtements n’ont pas de genre et que chacun est libre de s'habiller comme il le veut. Le jeune homme souligne également que les femmes ne sont pas responsables de l'hypersexualisation de leurs corps :

« Nous devons tous continuer à se battre pour pouvoir enfin changer le système très mal construit (...). Il y a un message significatif derrière le port de la jupe et il ne faut pas l’oublier. Oui, je parle de l’hypersexualisation de la femme et des injustices sociales présentes dans de nombreux systèmes », pouvait-on lire en légende.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Tom Ducret-Hillman (@hd.mot) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Tom Ducret-Hillman (@hd.mot) le

De son côté, Guillaume Dery, un collégien issu d’un autre établissement, soutient lui aussi ce mouvement féministe :

« La société traite les femmes comme si elles étaient responsables des actions que les autres portent sur elles alors que la réalité est bien différente. Ce n’est pas la longueur de leur jupe qui devrait décider de si les garçons sont aptes à écouter en classe. Ce n’est pas parce qu’une fille porte des shorts courts que les hommes ont le droit de lui parler mal dans la rue. La responsabilité de ces actes appartient à ceux qui ont posé le geste et non à ceux qui l’ont subi » , a t-il écrit sur Instagram.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Guillaume (@guillaume.dery) le

Sans surprise, cet élan de solidarité a suscité des dizaines de milliers de réactions, dont celle de la chanteuse Angèle.

Source : Huffingpost
Plus d'articles