Cette association recrute des « câlineurs » bénévoles pour bercer et réconforter les bébés malades des hôpitaux

Par
15 174
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Vous êtes de celles ou de ceux qui n'ont pas encore trouvé leur voie professionnelle ? Alors, devenez… câlineur/câlineuse de bébés !

Si l'intitulé pour le moins original du poste a de quoi nous faire sourire, sachez qu'il correspond malgré tout à un besoin qui, non content d'être bien réel, est même carrément crucial.

Une thérapie câlin/Crédit Photo : Shutterstock/Malykalexa

En effet, si tous les enfants en bas âge ont besoin d'un contact rassurant régulier afin d'être apaisés, c'est d'autant plus vrai lorsqu'ils sont malades et qu'ils se trouvent dans un environnement inconnu, comme un hôpital. Mais voilà : les parents de bébés hospitalisés ont parfois bien du mal à rester en permanence avec leur nourrisson, surtout lorsqu'ils ont d'autres enfants à la maison dont ils doivent s'occuper, ou qu'ils doivent travailler. Dans ces cas, de nombreux parents prennent le parti de se relayer à tour de rôle… mais malheureusement, même ainsi, ce n'est parfois pas toujours suffisant.

Alors, l'association Main dans la main recrute des bénévoles pour bercer et câliner les bébés malades en l'absence de leurs parents. Elle compte déjà 600 « câlineurs » volontaires, rien que dans la région parisienne !

Pour devenir câlineur de bébés, il faut se soumettre à un protocole de sécurité assez strict, afin de ne pas contaminer l'environnement aseptisé de l'hôpital. Pas question pour les bénévoles de prendre le risque de transmettre des maladies à ces petits êtres fragiles : « Lorsque l'on rentre dans une chambre on met un masque et on se lave les mains avec une lotion alcoolisée. Seulement après on met la blouse », explique l'une d'elle sur France Inter.

Le travail de ces bénévoles est extrêmement apprécié de la part des parents, qui peuvent prendre une pause sans craindre que leurs bébés ne vivent un sentiment de stress et d'abandon intense. Mais la présence des « câlineurs » est également fortement appréciée par le personnel soignant lui-même !

Véronique Abadi, responsable du service pédiatrie générale à l'Hôpital Necker, explique ainsi sur les ondes de France Inter que les câlins peuvent faire l'effet d'une « sédation de la douleur », et apporter « un état de réconfort ». Ainsi, simplement grâce à l'amour, à la tendresse et à la présence de ces bénévoles, le travail médical est lui-même grandement facilité : « Pour nous c'est un apport important parce que du coup ce sont des enfants calmes, des enfants plus faciles à apprécier sur le plan médical, des enfants qui vont mieux, explique Véronique Abadi. Vraiment, les bénévoles sont membres de l'équipe. »

Si vous voulez devenir vous-même « câlineur professionnel », ou que vous voulez soutenir l'association, rendez-vous sur le site de Main dans la main pour en savoir plus.

Source : France Inter
Commentaires