En Afrique, deux immenses parcs nationaux regroupant de nombreuses espèces vont devenir des zones de forage pétrolier

Par
1 240
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Les parcs nationaux de la Salonga et des Virunga, qui se situent en RDC (République Démocratique du Congo) font partie des plus importants au monde, de par leurs tailles respectives, et de par la vaste biodiversité qu’ils abritent. Classés Unesco, les deux parcs, gigantesques, sont primordiaux à l’échelle du monde. Le premier abrite environ 40 % de la population mondiale de bonobos, ainsi que la moitié des gorilles des montagnes de la planète, le deuxième est notamment le plus ancien parc d’Afrique. Le gouvernement congolais a néanmoins décidé d’autoriser des sociétés pétrolières à venir forer dans ces zones naturellement inestimables…

Image d'illustration du parc national des Virunga, au Congo. Crédit photo : Marian Galovic / Shutterstock
L’économie encore une fois privilégiée au détriment de l’environnement ? C’est ce que porte à croire la décision du gouvernement congolais, qui a décidé d’ouvrir à l’exploitation pétrolière les parcs nationaux de la Salonga et des Virunga, pourtant classés Unesco : « 6 758 milliards de barils avec les recettes budgétaires additionnelles de sept milliards de dollars » de réserves pétrolières, d’après les estimations du ministre des Hydrocarbures, se trouveraient dans les Virunga. 172 075 hectares du parc, soit 21,5% de sa superficie totale, selon RTL, seront donc l’objet de forages.

Image d'illustration d'un bébé gorille dans le parc national des Virunga. Crédit photo : LMspence
La superficie concernée pour le parc national de la Salonga n’a, elle, pas été évoquée. Ce parc est réputé pour être le berceau de la deuxième plus grande forêt tropicale au monde, que des forages ne pourront que défigurer.

Évidemment, des activistes se sont élevés contre la décision gouvernementale, pourtant irrévocable  : le gouvernement congolais a le droit de décréter n’importe quelle zone de son territoire sujette à une exploitation pétrolière.

Flairant le potentiel financier, il n’entend pas passer à côté de cette immense entrée d’argent… tout en garantissant la protection des espèces évoluant dans ces deux parcs.

Un chien refuse de s'éloigner de l'endroit où son maître est mort 18 mois plus tôt
Source : Reuters
Congo Afrique Parc Nature Pétrole
Commentaires