Bretagne : deux îles vont être interdites au public cet été pour protéger les oiseaux

2 306partages

Sur l’archipel des Glénan, en Bretagne, l’île aux Moutons et l’îlot de la Croix vont être interdits au public, pour permettre à des espèces d’oiseaux protégées de se reproduire.

En Bretagne, l’archipel des Glénan est un vrai refuge pour de nombreuses espèces d’oiseaux protégées. Ces petites îles abritent de nombreux volatiles qui ont besoin de calme et de tranquillité pour se reproduire et évoluer dans de bonnes conditions.

« Ce joyau constitue un refuge pour de nombreuses espèces d’oiseaux protégées en période de reproduction. En effet, les sternes, les gravelots à collier interrompu, les huitriers pie et les goélands font leur nid à même le sol », a expliqué la préfecture du Finistère.

Crédit photo : Mircea Lancu / Shutterstock

Pour permettre à ces oiseaux de se reproduire en toute sécurité, la mairie de Fouesnant et l’association Bretagne Vivante ont décidé de fermer deux îles bretonnes au public, durant les étés 2021 et 2022.

Deux îles bretonnes inaccessibles pour protéger les oiseaux

Ces espèces d’oiseaux sont particulièrement sensibles au dérangement et se reproduisent entre mars et août. En interdisant au public d’accéder à ces îles, la préfecture espère permettre aux oiseaux de se reproduire en toute tranquillité. Du 1er avril au 31 août, l’île aux Montons et l’îlot de la Croix sont donc interdits au public.

Des panneaux d’interdiction seront disposés à plusieurs endroits et l’information sera relayée par les communes. Des actes de sensibilisation et des contrôles réguliers seront également effectués.

« Ces mesures complètent les dispositions préfectorales prises pour assurer la tranquillité des goélands durant la phase de reproduction sur Penfret et Fort Cigogne », a déclaré la préfecture.

En Bretagne, ce n’est pas la première fois que de telles mesures sont prises en faveur du bien-être animal, et notamment des oiseaux. En 2019, des règles similaires avaient été appliquées sur un autre archipel breton pour protéger la nidification du gravelot à collier interrompu.

L’année dernière, pendant le confinement, de nombreux oiseaux s’étaient reproduit, suite à l’absence d’activité humaine.

Source : Géo