L'actrice britannique Diana Rigg, connue pour ses rôles dans « Game of Thrones » et « Chapeau melon et bottes de cuir », est morte

4 334partages

Inoubliable Emma Peel dans « Chapeau melon et bottes de cuir », Diana Rigg s’est éteinte ce jeudi. 

Elle était l’un des visages les plus connus de la télévision britannique !

Publicité

L’actrice Diana Rigg est décédée tôt ce matin à l’âge de 82 ans a fait savoir son agent Simon Beresford qui a précisé qu’elle était « morte paisiblement, chez elle » et « entourée de sa famille ».

Diana Rigg luttait depuis mars contre un cancer qui l’aura finalement emportée.

Elle était surtout connue pour son rôle d’Emma Peel dans le feuilleton culte des années 1960 « Chapeau melon et bottes de cuir », mais aussi, plus récemment, pour son apparition dans la série à succès « Game of Thrones », où elle incarnait la redoutable Olenna Tyrell.

Au cours de sa carrière, elle fut également l’une des innombrables James Bond Girl dans « Au service secret de sa majesté », sorti en 1969.

Diana Rigg, inoubliable Emma Peel

Née le 20 juillet 1938 à Doncaster (Angleterre), Diana Rigg passe les sept premières années de sa vie en Inde, pays dans lequel son père travaille en tant qu’ingénieur des chemins de fer.

Rentrée en Grande-Bretagne en 1945, elle poursuit une scolarité normale dans un pensionnat avant de choisir une voie artistique.

Diplômée de la très prestigieuse Royal Academy of Dramatic Art de Londres en 1957, elle débute très vite sur les planches et se fait très vite remarquer pour ses qualités de comédienne, mais aussi pour sa beauté naturelle.

Elle restera fidèle au théâtre tout au long de sa carrière, avec une préférence pour les classiques et le genre dramatique cher à William Shakespeare.

Elle jouera notamment dans deux des plus grandes pièces du plus célèbre des dramaturges anglais, en 1959 (« Othelo » et le « Songe d’une nuit d’été »).

Mais aux yeux du grand public, elle est surtout l’inoubliable Emma Peel de la mythique série britannique « Chapeau melon et bottes de cuir ».

Entre 1965 et 1968, elle incarne en effet le rôle d’une espionne de charme, aussi drôle que courageuse, qui forme un duo de choc avec le très flegmatique agent secret «so british » John Steed (Patrick Macnee).

Son personnage, caractérisé par une beauté physique indéniable et un humour sans égal, marquera plusieurs générations de téléspectateurs. Et de l’aveu de nombreux fans, les deux saisons où elle apparaîtra resteront comme les meilleures de l’histoire de la série.

Après avoir quitté cette dernière en 1968, Diana Rigg incarnera l’une des James Bond girl - la seule qui parviendra d’ailleurs à passer la bague au doigt de l’agent 007 - aux côtés de Georges Lazenby dans « Au service secret de sa majesté », sorti en 1969.

Avec ces deux rôles, elle accède définitivement à la renommée internationale, devenant l’un des visages les plus emblématiques du cinéma et de la télévision britannique.

Néanmoins, des années plus tard, elle avouera regretter cette période et en garder un goût amer, confessant avoir longtemps souffert sur le plan professionnel en se sentant prisonnier de ces deux personnages.

En outre, elle gardait un souvenir douloureux du tournage de la série, car elle gagnait « moins que la cameraman », soulignant ainsi les inégalités salariales dans le milieu.

Elle avouera également par la suite avoir très mal vécu son statut de sex-symbol de l’époque. « Je me sentais rabaissée, parce que j’étais bien plus que cette simple image de femme sexy. D’ailleurs, la combinaison en cuir que je portais était très inconfortable et me faisait transpirer beaucoup », déclarait-elle en 2014 dans une interview accordée au Parisien.

Après avoir poursuivi sa carrière au théâtre et avoir fait quelques apparitions sporadiques à la télévision, Diana Rigg s’était rappelée au bon souvenir de la profession en intégrant en 2013 le casting de la désormais mythique série « Game of Thrones », où elle incarnait la redoutable Olenna Tyrell.

Mariée à trois reprises, Diana Rigg avait une fille, Rachael Stirling, qui avait suivi les traces de sa mère en embrassant, elle aussi, une carrière d’actrice.

Plus d'articles
À lire aussi