«Dream Daddy», le jeu vidéo de papas gays qui rencontre un succès fou !

Par
489
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

On pourrait croire que les jeux de guerres ou de bastons figurent toujours dans le top des jeux les plus vendus ! Et pourtant, sur la plateforme de jeu en ligne Steam, un jeu se hisse depuis le 20 juillet en top des ventes.

Crédit photo : Dream Daddy

Loin des FPS (jeux de tirs) ou des jeux de combat, c’est “Dream Daddy”, un simulateur de rencontres gay qui séduit de plus en plus la toile !

L’histoire du jeu ? Un papa veuf qui déménage avec sa fille de 18 ans dans une nouvelle ville. Ses voisins de quartier sont de charmants papas célibataires qui, au fil du jeu et de vos décisions, se rapprocheront de vous ou non.

Crédit photo : Dream Daddy

Les créateurs sont des youtubeurs spécialisés dans le jeu vidéo, qui forment la chaîne “Game Grumps” et qui comptent près de 4 millions d’abonnés ! "Dream Daddy" a cependant sa propre communauté qui est grandissante de jour en jour : 72 000 followers sur Twitter, autant de posts de fans sur le site Tumblr et de cosplays à travers le monde ! 

L’engouement autour du jeu s’explique par le fait que même si les simulateurs de drague ne sont pas une nouveauté dans le monde du jeu vidéo, le thème de l'homoparentalité ou de l’homosexualité est très peu abordé.

Contrairement à ce que l'on peut penser, ce ne sont pas les hommes qui apprécient le plus ce genre d'histoires mais les femmes qui, pour certaines, sont déjà adepte des "Yaoi", des mangas qui mettent en scène des histoires d'amours entre hommes.

Crédit photo : Dream Daddy

Le succès du jeu réside aussi dans la manière dont il traite les relations homosexuelles puisque là où certains jeux tombent rapidement dans les stéréotypes et la caricature, “Dream Daddy” se veut léger et authentique.

Une belle histoire donc, qui mérite de perdurer plus qu’un été et qui marquera sans doute une nouvelle étape dans les jeux de simulation ! 

VIDEO :
Homosexuels Jeu vidéo
Commentaires